American Nightmare

Écrit par Werner Dejaeghere

American Nightmare c’est le retour du cinéma d’épouvante ou d’horreur (qui sait!?) grand public après les Paranormal Activity, Insidious et Sinister. Et autant le dire directement le film de James DeMonaco est réussi et même très efficace, voir sympathique. Il y a de très bonne idée, d’ailleurs le film en lui-même est une bonne idée, on ne s’ennuie jamais durant les trop courte ou plutôt trop juste 1H30. Le gros problème du film et on ne peut pas le considéré comme un défaut c’est qu’il est grand public, alors qu’il y avait tout autre chose à faire. Il y a du fond et de la forme, mais on l’aurait aimé plus sérieux.

Synopsis:

Dans une Amérique rongée par une criminalité débridée et des prisons surpeuplées, le gouvernement a donné son accord pour qu’une fois par an, pendant 12 heures, toutes activités criminelles, meurtres inclus, soient légalisées. La police ne peut intervenir. Les hôpitaux suspendent leurs services. Une nuit durant, les citoyens sont à même de définir leurs propres règles et de faire leur propre loi, sans avoir à craindre de sanctions. Au cours d’une telle nuit hantée par la violence et le crime, une famille va devoir faire un choix – bourreau ou victime ? – face à un inconnu venu frapper à sa porte.

(Source: AlloCiné)

James DeMonaco signe un film vraiment très intéressant et efficace dans ses premières 50 minutes et devient bêtement divertissant dans sa dernière partie sous forme de « survival » grotesque et assez plat. American Nightmare si il avait moins l’ambition de plaire à un large public (et pourtant on est dans un film indépendant à seulement 3 millions de dollars), aurait pu être un vrai brûlot politique. On regrettera alors son manque de sérieux et nous obligera à voir le film tel qu’il est…un divertissement pur et simple qui dans sa catégorie et ce qu’il entreprend rempli le tableau des charges avec brio, car il se laisse suivre sans déplaisir et est même plutôt prenant, mais surtout très efficace.

American Nightmare : Affiche

Le scénario est dans l’ensemble assez simple, mais bien mené. Le début du film essaye vraiment de créer quelque chose en installant une ambiance oppressante (raté certes, mais de peu) avant d’aller se finir de façon assez mauvaise par un survival qui gâche un peu le plaisir et s’avéré même être assez redondant. Les personnages sont clichés. Vu et revu, on a que très peu d’empathie pour eux et on s’y attache avec grande difficultés. Ils manquent de profondeur. Les dialogues sont au final assez bête, car ils ne font qu’effleurer avec un minimum d’intelligence le véritable fond du film.

Les acteurs sont bons. Ethan Hawke est bon, Lena Headey est toujours juste, Max Burkholder est mauvais, Rhys Wakefield est parfait, Adelaide Kane est magnifique, Edwin Hodge est à côté.

La mise en scène est bonne. Abusant parfois de quelque effet superflu et même osons le dire complètement inutile, malgré tout il y a beaucoup d’inventivité et c’est même assez maîtrisé. La photographie de Jacques Jouffret est assez laide il faut l’avouer. Il n’y a quasiment aucun travail sur la lumière et l’ambiance du film en pâtit terriblement. Nathan Whitehead signe une B.O. sans originalité et d’une simplicité déconcertante. Elle n’apporte rien et que très peu employé.

American Nightmare : Photo

American Nightmare est une bonne surprise. Même si ce n’est pas ce qu’on aurait pu espérer, c’est un divertissement honnête et hyper-efficace. Prenant de bout en bout malgré le manque cruel d’ambiance oppressante et malsaine (on en est jamais vraiment loin!). James DeMonaco réussi ce qu’il a voulu faire, réaliser un énième film d’épouvante-horreur grand public tout en parlant de ce qu’il voulait et ceux pour notre grand plaisir, car il le réussi.

American Nightmare est peut-être passé à côté du pamphlet qu’il aurait pu être, mais comme divertissement on va certainement pas boudé notre plaisir. La deuxième long-métrage de James DeMonaco est d’une efficacité à toute épreuve. On aurait aimé que ce film d’anticipation qu’est American Nightmare soit beaucoup plus sérieux dans ce qu’il avait voulu raconté, sans ajouté des artifices divertissant tout du long. C’est honnête, prenant et efficace.

American Nightmare de James DeMonaco: 3/5

(sortie le 07/08/2013)

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Août 2013

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s