DRÔLES D’OISEAUX – C’est chouette!

Écrit par Quentin Didier 

« Drôles D’Oiseaux » c’est un peu le film que personne n’attend… tout simplement parce qu’il ne donne pas envie. Alors qu’est ce qu’on fait dans ces cas là? On le sort en période estival et on use d’une promo avec des affiches aux phrases d’accroches risibles… mais pas dans le bon sens du terme, qui à défaut d’accrocher nous interpelle. Et si j’allais le voir, en sortirais je en vie ? Tiens j’ai envie de tenter l’expérience! De plus, on en a vu et revu des films d’animations avec des animaux. Personnellement, de les voir parler, ça me traumatise plus qu’autre chose (« Happy Feet » étant pour moi le summum de la désolation). Ainsi, deux ans après « Rio » et un an avant sa suite, était ce vraiment obligé de faire un nouveau film sur ses créatures, qui sont en plus faire fri…voles ? Je ne crois pas ! Même les vers de terre champion de monde de hula hoop aurait été plus digestes (je dis ça je dis rien!). « Drôles d’oiseaux » ne cesse par conséquent de s’enterrer lui-même avant même d’être né (« Born to Die »). Sa bande-annonce prônant le papier mâché et levant trop fièrement le tube mythiquement ringard et cui… sant de Michel Fugain le pousse littéralement dans la fosse aux lions.

Mais voilà, le cinéma a la magie d’embellir les choses. Là où l’on n’attendait guère plus qu’un vulgaire jeu de DS pour moins de 6 ans, se cache un film inspiré et munie d’une certaine beauté même si ça bat un peu de l’aile.

Drôles D'oiseaux : Affiche

Il était une fois Zambizia. On ne dirait pas comme ça, mais derrière ce nom barbare de film d’horreur se dresse une majestueuse cité des oiseaux un peu comme dans « Le Royaume de Ga’hoole: La Légende Des Gardiens ». Là, on ne connaît pas la crise, le racisme et tout le monde est le bienvenue ! Vive l’Afrique ! Kai, un jeune faucon plus Maltais que malté (comprendra qui pourra) projette de s’y rendre. Lui qui vit isolé avec son père dans la brousse rêve de voler de ses propres ailes et de quitter le nid. Mais de sombres desseins et de nombreux mystères l’attendent… Ouai ça c’était pour donner un peu de suspense parce qu’en fait il y va et il se passe pas grand-chose ! (mais moi je suis comme le ciné, je vends du rêve ! Vous n’oublierez pas de passer à la caisse aussi s’il vous plait!).

On ne va pas se mentir, visuellement « Drôles D’Oiseaux » n’est pas terrible (« il a un visuel compliqué » pour être gentil !). Ce n’est pas forcément moche, il y a une belle palette de couleurs, les gamins devraient adorer, les daltoniens beaucoup moins… mais le graphisme bien qu’assumé est absolument hideux (c’est quoi ce gros lézard qui ressemble à casimir ? « Moi Moche Et Méchant 2» c’était la salle d’à côté).

Concernant le scénario, il faudra prendre son mal en patience ! Ceci dit, ca ne sera pas très compliqué puisque on ne voit pas défiler l’1h20 (ça aurait été le comble sinon). C’est simple, vous prenez tous les thèmes bateaux des films d’animations, vous les mixez, et comme par magie on les retrouve ici. Je veux voler de mes propres ailes (« Le Monde De Nemo »), je vis avec mon père, ma mère est morte et nous sommes exclus du monde extérieur (« Le Jour Des Corneilles »), tiens je découvre que j’ai de la famille ailleurs (« Clochette Et Le Secret Des Fées »), notre monde est menacé par des créatures « féroces » ( « Epic »)…

Drôles D'oiseaux : Photo

Positivons un peu cependant ! Youhou tout est beau, y a des belles couleurs… et des points très positifs ! De manière très prétentieuse ce film s’attribue « drôle ». Non je me suis pas étouffé de rire, oui j’ai été désabusé en constatant le nombre de jeu de mot pourri fait sur les oiseaux … mais voilà,  force est de constater que je ne suis guère plus drôle et que cet humour se situe plus lors du décollage du film et réussit à  atteindre un rythme de croisière par la suite donnant de la vraie profondeur aux personnages.

Le doublage est une grande réussite et participe ardemment à cette profondeur! Je n’ai pas vu la version américaine mais avec Abigail Breslin et Jeff Goldblum je pense que le constat est le même ! On parle de Samuel L Jackson aussi ? … Je note pour la version française, l’impeccable voix de Thierry Desroses, une crème parmi les crèmes ! Et des crèmes il y en a ! La fouetté avec Lucien Jean Baptiste, la crème anti-ride avec Féodor Atkine (« Hugh Laurie »), la crème solaire avec Maik Darah !

Enfin, comment ne pas aborder si ce n’est à la fin tel un final de feu d’artifice, le point le plus positif du film : la B.O.! Littéralement omniprésente et omnipotente ! Elle vient puiser au plus profond des racines de Zambezia. Sans fausse note, songeuse, dépaysante et pas caricatural comme peuvent le faire des films se déroulant sur le territoire africain (comme pourrais l’être un petit être pas grand mais vaillant pour ne pas le citer).

Alors moi je dis fermez vos bec (les dessins animés rendent toujours les choses plus douces c’est dingue!), procurer vous une place pas très chère et foncez… Ça va être chouette ? Oh cui cui ! Vous sifflerez comme un merle en sortant !

DRÔLES D’OISEAUX (2.25/5) – Réalisé par Wayne Thornley – Sortie le 14 Août 2013

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Août 2013

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s