LES FLINGUEUSES – Ça vaut pas 2 balles !

Écrit par Quentin Didier

En matière de goût, les Américains et nous, ne semblent pas du tout être sur la même longueur d’onde, comme destinés sans cesse à être, à la manière du blanc et du jaune d’œuf inlassablement séparés. Nos divergences se situent surtout au niveau des comédies US. Les biftecks en raffolent, autant que Melissa McCarthy des burgers ! En début d’année, « Arnaque À La Carte » fait péter les 135 millions de dollars. Pour nous, pauvres escargots que nous sommes, la digestion est plus dure, les 40 000 entrées ne sont même pas franchies. Pas étonnant donc que « Les flingueuses » de Paul Feig avoisine les 160 millions de recettes. Mais voilà, ne mélangeons pas les torchons et les serviettes, on peut avoir tous les chiffres en main et rater son gâteau ! Pour ma part, pour le rapport qualité / prix, on repassera ! Vous pensiez avoir tout vu avec « Arnaque à la carte » ? Affûtez vos couteaux, « Les flingueuses » vont vous tuer !

Il semblerait que Paul Feig ne sache pas que dans un cinéma, il y a des portes. Pour entrer, ok, ça je pense qu’il le sait, mais surtout pour sortir … et quand on veut. Même avec la préparation mentale de débranchage de cerveau qu’il a fallut opérer avant d’assister à la séance, le générique à bien du mal à passer, coincé là au milieu de la gorge comme un gnocchi pas cuit.  Dans le genre « hideux », il remporte haut les guns et sans conteste le … contest de la pire ouverture de l’année. Tel un poisson gigotant avant de passer à la marmite, on cherche déjà la sortie des yeux. Mais comme le petit poisson, on ne pourra échapper à notre sort, et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça va chauffer par la suite (en même temps, c’est le titre en VO).

Les Flingueuses : Affiche

À l’origine, j’ai horreur des « buddy movie  », sachons le. Mais quand il se voit confronter deux actrices aussi «  talentueuses » (c’est comme les règles, elles ont leur période), il y a de quoi se laisser porter. L’une est agent spécial du FBI. Célibataire, elle vit cependant avec un balai bien au fond de son cul. L’autre, un simple agent de police avec qui c’est plutôt « Du balais !! ».  Par un simple hasard qui s’appelle le cliché, elles vont devoir faire équipe pour arrêter un baron de la drogue. Mais voilà, elles vont plus passer leur temps à se chamailler que faire leur boulot et ça, ça va pas nous le faire passer vite … notre temps à nous !

Critiquer « Les Flingueuses » en fait revient de l’ordre de l’impossible. Non pas que j’ai peur de me prendre une balle en pleine tête mais plutôt que 1)  on peut le voir à sa manière (non, je ne suis pas en train de le comparer à « The Tree Of Life » non plus, faut pas pousser le bouchon de champagne trop loin !). On peut l’apprécier le cerveau débranché, on peut le détester le cerveau en mode « On », tout dépend de ce qu’on a envie. 2) Parce qu’on ne retient rien, si ce n’est ce qu’on va manger ce soir en rentrant, parce que ça on a eu le temps d’y penser.

Les Flingueuses : Photo Melissa McCarthy, Sandra Bullock

La présentation des deux protagonistes est assez longue, franchement  mal foutu et guère drôle pour une accroche. Les choses vont légèrement s’arranger par la suite.  Ce n’est pas le film le plus drôle de l’année, ce qui lui aurait pu être valut d’avoir une tagline en ce contresens au lieu d’un jeu de mot ridicule que je n’ai pu m’empêcher d’employer à nouveau plus haut. Pourtant, parfois, ça fait mouche il faut l’avouer. On prend son pied, certes aussi difficilement que Melissa pourrait prendre le sien, mais on le prend !  Le film ne tombe donc pas complètement dans les choux.  Sandra Bullock et Mellissa McCarthy sont dans leur bon jour même si on a plus envie de leur dire « bonsoir ! ». Le vrai défaut du film réside dans son scénario. Dans sa construction tout d’abord. Jamais il n’arrive à trouver un point d’équilibre entre le policier et la comédie. Non, c’est un coup l’un, puis un coup l’autre… après avoir bu … un coup ! Par conséquent, on en vient assez horriblement à perdre le fil de l’histoire pourtant basique, parce que pendant une demi heure on n’en aura plus fait allusion. Ensuite, bien sûr dans son intrigue policière absolument nullissime. Mais c’est quoi ça ? Non je ne parle pas de Melissa McCarthy mais bien de cette intrigue inutile. A ce niveau là, on préfère deux heures de comédie pure et simple comme Paul Feig l’avait fait dans son précédent film.

Au fur et à mesure du temps, le film devient interminable, encore plus quand on ne suit pas du tout l’intrigue policière (on croit vraiment que ça peut se finir d’une minute à l’autre alors que non !).

Un peu mieux qu’ « Arnaque À La Carte » parce que plus drôle, il n’en reste pas moins un film à éviter. N’ayant pas vu (et n’ayant plus très envie maintenant) « Mes Meilleures Amies », le comparatif sera difficile.

Les Flingueuses : Affiche

LES FLINGUEUSES (1,5/5) – Réalisé par Paul Feig – Sortie le 21 Août 2013

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Août 2013

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s