Alabama Monroe

Écrit par Werner Dejaeghere

Alabama Monroe est d’ores et déjà l’un des plus grand film de l’histoire du cinéma belge. Félix Van Groeningen nous revient après son très remarqué La Merditude Des Choses avec une ballade country déchirante au cœur de la maladie et de l’amour. Alabama Monroe ne laissera pas indifférent, car on a rarement vu un film aussi bouleversant et qui traite avec une immense justesse de la maladie et surtout de l’amour sans jamais tomber dans le pathos. Entre deux éclats de rire et de musique bluegrass, Félix Van Groeningen nous terrasse d’émotions.

Synopsis:

Didier et Élise vivent une histoire d’amour passionnée et rythmée par la musique. Lui, joue du banjo dans un groupe de Bluegrass Country et vénère l’Amérique. Elle, tient un salon de tatouage et chante dans le groupe de Didier. De leur union fusionnelle naît une fille, Maybelle…

(Source: AlloCiné)

Alabama Monroe est d’une grande simplicité dans son ensemble et c’est avec cette simplicité tout en y ajoutant une force brute des émotions qu’il arrive à toucher au plus profond du spectateur. Félix Van Groeningen signe un mélodrame sur la mort et  l’amour qui est d’une justesse incroyable, pendant 1H50 on voit des choses tragiques et bouleversante sans jamais se dire qu’il y a trop de drame dans le drame et il ne paraît jamais lourd. Alabama Monroe a avant tout l’intelligence de ne jamais virer dans le pathos.

Alabama Monroe : Affiche

Le scénario comme dans La Merditude Des Choses fait des allers-retours dans le temps pour mieux sublimer le présent, les personnages sont un peu écrits, mais d’une grande profondeur et d’une humanité certaines, ils sont d’une vérité extraordinaire.  Les dialogues sonnent toujours juste et surtout ils ne sont jamais lourdingue, malgré les pièges du sujet. On est impressionné par la force des mots.

Les acteurs sont très bons. Johan Heldenbergh est parfait et démontre qu’il a des meilleurs acteurs belge de sa génération, Veerle Baetens est magnifique en mère usé et en femme joyeuse, la petite Nell Cattrysse est très bonne et malgré son très jeune âge, son jeu impressionne plus d’une fois.

La mise en scène est très bonne. Même si ça ne décolle jamais vraiment, le mise en scène tout en pudeur apporte beaucoup d’émotions. La photographie de Ruben Impens est assez jolie, mais trop simple pour pleinement convaincre. Il manque au film la petite touche qui le rendrait sublime. Bjorn Eriksson signe une B.O. ultra-efficace et surtout superbe. Le bluegrass c’est avant tout de la country et la country c’est de la musique humaine et chaleureuse, à l’image du film.

Alabama Monroe : Photo Johan Heldenbergh, Veerle Baetens

Alabama Monroe est le plus américain des films belge et est un voyage au cœur des plaines (oui c’est des champs et alors?) flamande ou un voyage rempl(a)i(ne) de tragédie au cœur des Flandres. Félix Van Groeningen nous montre les méandres de l’amour et la folie que peut engendrer le malheur un peu comme dans Bellflower de Evan Glodell, la sauce trip fin du monde en moins.

Alabama Monroe est (avec Dead Man Talking) la surprise belge de l’année et dans les deux cas, l’émotion prime. Le film tire toute son intensité émotive de sa force brute et de ses émotions à fleur de peau, on se croirait même parfois chez Malick dans la profondeur des personnages et l’aura qu’ils dégagent, bien sûr Félix Van Groeningen ne fait pas dans le lyrisme. Alabama Monroe est un film terrassant d’émotions, mais qui n’oubli d’être joyeux. L’image de fin est un crève cœur rempli d’espoir.

Alabama Monroe de Félix Van Groeningen: 4/5

(sorti le 28/08/2013)

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Août 2013

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s