Inside Llewyn Davis

Écrit par Werner Dejaeghere

Inside Llewyn Davis est un grand film, mais un mauvais Coen’s, dans la mesure où on y comprends rien, on ne comprends pas pourquoi ce Inside Llewyn Davis, car avec A Serious Man, ils prenaient un tournant dans leurs filmo., ils allaient dans la pure dramaturgie, oubliant presque ce qui faisait leurs cinéma, mais ça fonctionnais, car ils en avaient fais quelque chose de très personnel, mais aussi tragiquement drôle. Avec Inside Llewyn Davis, on retrouve ce côté dépressif et mélancolique, mais avec A Serious Man on vivait et chutait avec le « héros », dans leur dernier film on est que spectateur impuissant de la misère du « héros ». Les Coen’s maîtrisent tout de même l’ensemble de leur Inside Llewyn Davis et nous servent un grand film, mais comme ils ne ressemblent à rien dans leurs filmo., c’est juste un bon film.

Synopsis:

Inside Llewyn Davis raconte une semaine de la vie d’un jeune chanteur de folk dans l’univers musical de Greenwich Village en 1961. Llewyn Davis est à la croisée des chemins. Alors qu’un hiver rigoureux sévit sur New York, le jeune homme, sa guitare à la main, lutte pour gagner sa vie comme musicien et affronte des obstacles qui semblent insurmontables, à commencer par ceux qu’il se crée lui-même. Il ne survit que grâce à l’aide que lui apportent des amis ou des inconnus, en acceptant n’importe quel petit boulot. Des cafés du Village à un club désert de Chicago, ses mésaventures le conduisent jusqu’à une audition pour le géant de la musique Bud Grossman, avant de retourner là d’où il vient.

(Source: AlloCiné)

Je disais plus haut que Inside Llewyn Davis ne ressemblait à rien de connu dans le cinéma des Coen’s, mais je vais me contredire, car oui on retrouve les losers attachant (Fargo, The Big Lebowski, O’Brother, Burn After Reading et A Serious Man), une odyssée (Miller’s Crossing, Barton Fink, O’Brother, No Country For Old Men et True Grit), parfois leurs humour absurde (qu’on voit que trop peu dans Inside Llewyn Davis), ces petites énigmes tout en allégorie (dialogues ou personnages « spéciaux ») et bien sûr les fins de film qui délivrent un message avec une simple phrase ou un plan qui résument tout et voit continuer le film au-delà de la fiction vu, mais le fait qu’ils rendent leur film si emprunt de pure mélancolie, fais de Inside Llewyn Davis une sorte d’O.V.N.I. dans leurs filmo. Si il fallait juger le Grand Prix du dernier Festival de Cannes comme un film qui n’était pas de ces deux génies que sont les Coen’s et bien Inside Llewyn Davis est un grand film, car on voit rarement des films avec tant de sujet abordés et qui ne s’égare pas, Inside Llewyn Davis est une odyssée musicale toujours agréable.

Inside Llewyn Davis : Affiche

Le scénario est superbement bien écrit (comme toujours chez les Coen’s) et surtout très bien tenu, le rythme est très lent, mais ce n’est jamais dérangeant, car on s’ennuie à aucun moment. Les personnages sont hyper bien écrits (forcément!), mais malheureusement très peu attachant (ce qui est rare chez les Coen’s la dernière fois que c’était cas, c’était pour The Barber et Ladykillers), ils n’en restent pas moi très intéressant. Les dialogues sont bien entendu écrit à la perfection et d’une inventivité de chaque instant, ils sont très maîtrisé dans l’écriture, mais ça paraît toujours très improvisé et ce qui les rends tellement savoureux, ils sont aussi très drôle.

Les acteurs sont parfaits. Oscar Isaac (on pouvait le voir dans Drive de Nicolas Winding Refn ou encore Sucker Punch de Zack Snyder) est parfait et démontre qu’il faudra bel et bien compter sur lui dans les années à venir, Carey Mulligan (que j’ai personnellement beaucoup de mal à supporter…et oui!) est magnifique en femme faisant tout pour s’épanouir, Justin Timberlake est bon et confirme que quand il est bien dirigé, il fait parti des meilleurs acteurs d’Hollywood, John Goodman est étonnamment à côté (ce qui est très rare!), Garrett Hedlund est très bon et prouve qu’il peut tout jouer, Ethan Phillips est toujours juste.

La mise en scène est très bonne, mais un peu trop simple. Elle va toujours à l’essentiel, c’est efficace, jamais affolant de maîtrise, même si elle est bel et bien présente. La photographie de Bruno Delbonnel est sublime dans ce qu’elle propose, ses nuances de gris rajoutent énormément à l’ambiance mélancolique. Delbonnel déploie une vrai maîtrise de la lumière comme il l’avait déjà démontré avec Le Fabuleux Destin D’Amélie Poulain, Un Long Dimanche De Fiançailles, Harry Potter Et Le Prince De Sang-Mêlé ou encore Faust. Marcus Mumford signe une B.O. sublime et totalement envoûtante, que vous aimiez ou pas la folk. On ne peut s’empêcher et ceux durant tout le film de taper le pied à terre, tellement la musique est prenante.

Inside Llewyn Davis : Photo Justin Timberlake, Oscar Isaac

Inside Llewyn Davis c’est les angoisses des Coen’s transposées à l’écran, mais le fait qu’ils mettent en scène un chanteur raté fait de leur film une no succes-story prenante, mais malheureusement quelque peu abscons dans sa mise en abîme. Les Coen’s signent un film de qualité, car que ça soit dans la technique, la narration tout est maîtrisé, mais le fait qu’il rate le côté ambiance qu’ils ont voulu installé ne prend à aucun moment, même si c’est installé à merveille. Le tournant mélancolique entamé avec A Serious Man fonctionnait à merveille, mais ici il fait sorti de route, mais malgré les tonneaux, ils retombent sur leurs quatre roues. Inside Llewyn Davis est un film réussi, mais Coen’s raté. C’est dommage, mais le niveau est bien présent.

Inside Llewyn Davis de Joel et Ethan Coen: 3/5

(sortie le 06/11/2013)

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Novembre 2013

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s