Don Jon

Écrit par Werner Dejaeghere

Don Jon était très attendu, car c’est le premier long-métrage de Joseph Gordon-Levitt, acteur apprécié autant du grand public, que du cinéphile. On ne va pas se mentir, c’est aussi son sujet très alléchant qui nous a attirer, l’histoire d’un mec accro aux pornos et qui tombe amoureux d’une femme, forcément ça ne nous laisse pas indifférent. C’est surtout sa très bonne promo, mais aussi les échos favorables qui nous a poussé a nous intéresser à Don Jon. Alors que vaut le premier film de Gordon-Levitt et surtout, est-ce que toute cette attente en valait-elle la peine? Et bien…non! Clairement non, Don Jon a intéressé tout le monde, que parce qu’il était réalisé, écrit et joué par Joseph Gordon-Levitt, ça aurait été un réalisateur inconnu, ce film serait sorti dans l’anonymat le plus complet. Don Jon est tout de même réussi.

Synopsis:

Jon Martello est un beau mec que ses amis ont surnommé Don Jon en raison de son talent à séduire une nouvelle fille chaque week-end. Mais pour lui, même les rencontres les plus excitantes ne valent pas les moments solitaires qu’il passe devant son ordinateur à regarder des films pornographiques. Barbara Sugarman est une jeune femme lumineuse, nourrie aux comédies romantiques hollywoodiennes, bien décidée à trouver son Prince Charmant. Leur rencontre est un choc, une explosion dans la vie de chacun. Bourrés d’illusions et d’idées reçues sur le sexe opposé, Jon et Barbara vont devoir laisser tomber leurs fantasmes s’ils veulent avoir une chance de vivre enfin une vraie relation…

(Source: AlloCiné)

Don Jon a pour principal défaut d’être un premier film, car oui sauf quand on s’appelle Orson Welles ou Steven Spielberg, les premiers films sont souvent pleins de défauts. Joseph Gordon-Levitt a voulu trop en raconter et n’approfondi jamais ses sujets (l’addiction, le sexe, …) et c’est dommage, car son film est très malin et lui aussi en choisissant la comédie pour traiter de sujet pas forcément très drôle (ce qui selon lui est la meilleure façon de traiter les sujets sérieux et n’hésite pas a parler de Docteur Folamour de Stanley Kubrick pour illustrer son propos). Le côté comique de Don Jon est très réussi, trash et subversif, mais surtout très juste, car même si Gordon-Levitt a choisi de nous faire rire, il le fait avec grande intelligence dans les portraits qu’il dresse surtout.

Le scénario est assez moyen. Certes, c’est bien écrit, mais il y a jamais de vrai bon moment d’écriture. La narration est menée assez platement et le fait que ce soit un personnages qui refait les mêmes choses chaque jour, ajoute beaucoup d’ennui, même si bizarrement, on ne s’ennuie jamais vraiment. Les personnages sont eux, très bien écrient. Ils sont décrit avec une justesse incroyable et bourrés de détails qui ajoutent beaucoup de vérité à l’ensemble du film. On a quand malgré tout beaucoup de mal a s’attacher à eux ou a rentrer en empathie pour eux. Les dialogues sont totalement géniaux. Ils sonnent toujours justes et sont surtout très drôles, la réplique « L’éjaculation faciale?… Dans la vraie vie on éjacule pas sur le visage d’une fille! » en est l’exemple parfait.

Les acteurs sont étonnement en deçà de ce qu’ils nous servent d’habitude. Joseph Gordon-Levitt est bon, mais son interprétation est un peu légère, Scarlett Johansson est totalement détestable et de ce fait on déteste comment elle joue, mais à contre-emploi, elle est tout de même formidable, Julianne Moore est très bonne, mais son personnage étant assez vacillant, son interprétation en pâtit, la grosse surprise vient de Tony Danza (oui, oui Tony Micelli de la série Madame Est Servie!) qui même si il n’est pas excellent, il fait plaisir de le revoir sur grand écran.

La mise en scène est la grosse déception de ce Don Jon, car la réalisation s’avère assez fade et on attendait beaucoup à ce niveau-là, car Joseph Gordon-Levitt a dis avoir beaucoup appris sur les plateau quand il jouait pour Christopher Nolan (The Dark Knight Rises), Steven Spielberg (Lincoln) ou Rian Johnson (Looper, Brick), il n’en est rien. La photographie de Thomas Kloss est absolument immonde, il n’y a jamais aucun effet ou une quelconque apparence de travail. C’est très laid et ça ne colle pas à l’ambiance du film. Nathan Johnson (compositeur sur tout les films de Rian Johnson avec qui Gordon-Levitt est très ami) signe une B.O. fort sympathique qui est très peu originale, mais qui fonctionnent très bien.

Don Jon : Photo Joseph Gordon-Levitt, Scarlett Johansson

Don Jon à la fin laisse un peu de marbre, car avec un tel potentiel on assiste à un spectacle énergique et très charmant, mais qui au final s’avère assez abscons. Le film de Joseph Gordon-Levitt est en quelque sorte Shame de Steve McQueen pour les nuls. Don Jon oscille toujours entre le très bon (l’écriture) et le très mauvais (la technique) et qui font du premier film de Jospeh Gordon-Levitt un film moyen, mais qui réussi malgré tout à nous accrocher durant 1H30. Don Jon n’est certainement pas le film que l’on attendait, on certes un peu déçu, mais il en ressort quelque chose de convaincant et d’assez agréable. Reste le potentiel un peu gâché du sujet et la technique vraiment en-dessous, mais il y a des qualités indéniable. On ne sait pas trop si Joseph Gordon-Levitt a réussi son passage derrière la caméra, mais une chose est sûr on suivra sa carrière de réalisateur de près.

Don Jon de Joseph Gordon-Levitt: 3/5

(sortie le 25/12/2013)

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Décembre 2013

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s