Le Loup De Wall Street

Écrit par Werner Dejaeghere

« Le 25 décembre 2013 sortait Le Loup De Wall Street d’un grand réalisateur de 71 ans à l’époque qu’on appelait Martin Scorsese, il avait fais ces grands films que je t’avais montré Taxi Driver, Les Affranchis, Aviator, Raging Bull et d’autres, je n’ai jamais reçu de plus beau cadeau de Noël! » J’ai 84 ans, je suis sur mon lit de mort, je n’en ai plus pour longtemps, mais jusqu’au bout je parlerais de cinéma et de ce film…LE LOUP DE WALL STREET! Vous l’aurez compris, on a trouvé le meilleur film de l’année et le meilleur film de tout les temps selon moi (devant Voyage Au Bout De L’Enfer de Michael Cimino et Il Était Une Fois En Amérique de Sergio Leone).

Synopsis:

L’argent. Le pouvoir. Les femmes. La drogue. Les tentations étaient là, à portée de main, et les autorités n’avaient aucune prise. Aux yeux de Jordan et de sa meute, la modestie était devenue complètement inutile. Trop n’était jamais assez…

(Source: AlloCiné)

Dire que Le Loup De Wall Street est un grand film, serait revenir a dire que Stanley Kubrick est un bon réalisateur…C’EST FAUX…Le Loup De Wall Street est un chef-d’œuvre et Kubrick un génie. Durant trois heures, Martin Scorsese nous convie dans son cinéma qu’il révolutionne totalement pour une orgie explosive avec un Leonardo DiCaprio possédé et dans un de ses plus grands rôles, on ne sait pas, en tout celui dans lequel il devient le meilleur acteur de l’histoire du cinéma. On ressort de Le Loup De Wall Street les yeux explosé et la tête fracassée comme si on avait pris dix rails de coke et une trentaine de Ludes!

Le Loup de Wall Street : Affiche

Le scénario est parfait. Le film dure 3H et ça passe à une vitesse incroyable, il y a un seul moment où on ressent une certaine longueurs, mais c’est à un moment où il y aussi un moment de flottement dans la vie du « héros », donc c’est en accord. Le film déploie une fresque prenante et tenu à la perfection, le rythme est dosé comme les ingrédients d’une sauce tomates faite par la mère de Scorsese et il démontre aussi un talent inouï pour la comédie. Les personnages sont très bien écrits et décrits. Ils sont tous très profond, sauf un qu’on aurait adoré voir plus présent et plus ancré dans l’histoire, c’est le personnage de Patrick Denham, l’agent du FBI joué par Kyle Chandler. Les dialogues sont d’une redoutables efficacité. Inventifs, hilarants, mordants, malins et le tout balancé à un rythme hallucinant.

Les acteurs sont tout simplement exceptionnels, tous apporte quelque chose et tous ce font passer pour des connards avec un naturel tout bonnement incroyable. Leonardo DiCaprio est possédé et plus que jamais il mérite un Oscar, il n’a jamais joué aussi bien, il est au-dessus de tout. Encore plus fou que dans Django Unchained de Quentin Tarantino et encore plus charismatique que dans Gatsby Le Magnifique de Baz Luhrmann sortis eux aussi cette année. Jonah Hill vient prouver qu’après Le Stratège de Bennett Miller, on pourra compter sur lui pour des rôles sérieux tout en ne perdant pas son génie comique, Margot Robbie est la révélation de ce film, son jeu n’est pas parfait, mais est tout aussi bonne (au propre comme au figuré!) que les autres, malgré son inexpérience, Matthew McConaughey a peu de scènes, mais malgré il donne tout est impressionne en totale impro (il a inventé le moment où il se frappe sur la poitrine et commence a chanter), Kyle Chandler a lui aussi peu de scènes, mais comme toujours, il surjoue. À noter aussi les excellents P.J. Byrne, Rob Reiner, Joanna Lumley, Jon Bernthal. Et comme on ne peut pas passer à côté, on va parler de Jean Dujardin, qui est bon, mais qu’on sentait un peu écrasé par la « pression ».

La mise en scène est absolument incroyable, toujours en mouvement virevoltante et immersive. Scorsese film comme un jeune réalisateur de 25 ans et ajoute encore plus de folie à son récit grâce à une mise en scène déjanté, inventive et toujours maîtrisée. La photographie de Rodrigo Prieto (Argo, Babel, Étreintes Brisées entre autre) est encore un fois impeccable. Radical et efficace comme à son habitude, il installe un grain dans l’image assez agréable et pas spécialement beau, mais il ce passe quelque chose qui ne laisse pas indifférent. Howard Shore signe avec Randall Poster son superviseur musical (aussi superviseur sur Spring Breakers qui est aussi musicalement immense) l’une des B.O. les plus hallucinante et cool de l’année (on pense forcément à Black Skinhead de Kanye West).

Le Loup de Wall Street : Photo Leonardo DiCaprio

Le Loup De Wall Street c’est aussi le retour de Martin Scorsese à sa narration ample et où on retrouve ses personnages qui chute en pleine ascension, car ils sont rattrapés par la faiblesse de leur nature humaine, des personnages tel que Jake La Motta dans Raging Bull ou Tommy dans Les Affranchis (le personnage joué par Joe Pesci) voir Howard Hughes dans Aviator. Ca fait du bien de voir ça sur grand écran et surtout on ça impressionne, on a rarement l’occasion de voir autant de maîtrise et de folie dans un film. Martin Scorsese a 71 ans est plus que jamais le cinéaste du cool, il nous sort une œuvre libéré, moderne et tout bonnement jubilatoire. Alors certes on va dire que Le Loup De Wall Street est misogyne, mais c’est vraiment absurde, car Scorsese dresse le portrait d’homme qui sont dans l’excès total et permanent, dont le sexe, mais il condamne toujours cette société d’apparences, il les mets en accusation.

Le Loup De Wall Street, c’est surtout l’occasion de se poser une question, « Depuis quand on n’a pas vu un film aussi follement libéré, sans peur de choquer ou des critiques? », pendant 3H on assiste à un spectacle épuisant devant lequel on est aussi défoncé que ses personnages et où le rêve américain est démonté avec une intelligence jouissive et extraordinaire (encore plus que dans No Pain No Gain ou encore The Bling Ring). Martin Scorsese révolutionne son cinéma, dans le sens où il réinvente sa mise en scène et nous offre un film qui en plus d’être d’une puissance extraordinaire, mais aussi simplement cool. Film complet, comédie hilarante, brûlot sur l’envers du rêve américain, bazar sous coke, Le Loup De Wall Street c’est tout ça à la fois et c’est quand même immense. Et puis surtout on a un très grand acteur et un très grand réalisateur qui sont possédés par un génie inconnue qu’on a hâte de revoir. Film parfait et œuvre immense.

Le Loup De Wall Street de Martin Scorsese: 5/5

(sortie le 25/12/2013)

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Décembre 2013

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s