The Spectacular Now – Awesome !

Écrit par Quentin Didier

Il m’est quasiment inconcevable de commencer cette critique sans faire un parallèle (qui s’avère finalement être une intersection !) avec  « Le Monde De Charlie » de Stephen Chbosky sorti l’an passé.  Tous deux adaptés d’un roman et se basant sur une histoire d’adolescence, où comment passer du monde de l’adolescence à celui des adultes… Tous deux ayant eu une distribution quelque peu chaotique, mais comme on dit, les meilleures choses sont les plus rares, n’est ce pas? … Tous deux enfin ayant été mon premier coup de cœur en ses débuts d’années…

Lui, Sutter Keely, c’est le stéréotype même du lycéen. Il passe la plupart de son temps à vivre (ivre !) dans le présent, à faire la fête, à boire et à se racheter une conduite vis-à-vis de son ancienne petite amie. Il voit la vie de toutes les couleurs comme un ado mais ce n’est pas pour autant qu’elle tourne aussi ronde qu’un cercle chromatique tant ce dernier ne semble pas passionné par ses cours de mathématiques.

Elle, Aimee Finecky, serait ce que l’on peut appeler un côté non consécutif (opposé) à Sutter. Elle est timide et semble déjà avoir tracé son avenir jusqu’à plus l’infini.

Le destin (du nom d’alcool) va les faire se rencontrer dans un jardin, lieu même de l’harmonie parfaite ou après une formidable scène de rencontre, ils joueront les facteurs… géométriques (j’ai vu des allusions mathématiques tout le long du film!). Dès lors une relation sentimentale connexe mais pourtant ambiguë va s’installer entre eux, marquant à jamais leur vie d’un virage à 180°!

The Spectacular Now : Affiche

« The Spectacular Now » a tout de la courbe exponentielle. Ça démarre en douceur pour au fur et à mesure atteindre un apogée de sensation inoubliable. Les tribulations de Sutter en début de courbe, bien que nécessaire ne seront que futiles face au spectacle à suivre. Ce n’est pas dans l’artifice que le film impressionne, mais plus dans ces moments de véracité, dans ses petits moments simples de la vie.

J’accorde une très grande importance à l’apparition du titre ou d’un générique dans un film. Curieusement, ce sont les films à petits budgets qui s’en sortent le mieux, tout simplement parce qu’ils vont au plus simples. Et si « The Spectacular Now » se contente d’un noir sur blanc aux lettrages immenses, il reste encore dans ma mémoire tant l’effet qu’il amène est inattendu et tendu.

Au générique justement, l’on retrouve Miles TellerProjet X », « Rabbit Hole ») et Shailene Woodley (« The Secret Life of the American Teenager », “The Descendants”). Tous deux livrent une partition des plus excellentes. J’aurais juste un peu petit bémol à poser sur la figure balafrée du jeune homme et celle de la jeune femme qui semblerait avoir raté son injection de botox… Les seconds rôles sont tout autant de taille. Dans tous les sens du terme, Brie Larson est bonne et le personnage de Kyle Chandler en en faisant des caisses s’avère être de la bombe ! (Les fans de « Grey’s Anatomy » le confirmeront !)

The Spectacular Now : Photo Miles Teller, Shailene Woodley

« The Spectacular Now » fait partie de ces films où le fond n’est que le prétexte d’une mure réflexion au travers des dialogues, en témoigne les nombreux plans de discussions entre Aimee et Sutter ou Sutter et Cassidy, son ex. Je reste un peu mesuré  là-dessus tant les sujets abordés restent quelque peu restreints et l’univers du lycée assez absent en fin de compte. « The Perks Of Being a Wallflower » avait pour le coup réussit à combiner avec brio les deux. Là, on n’a guère l’impression d’avoir vécu quelque chose avec « nos héros ordinaires » (la vie extraordinaire d’adolescents normaux…). Le constat est d’autant plus flagrant au bal de promo ou à la remise des diplômes (« graduation » … géométrie quand tu nous tiens!). Les deux événements sont un peu balayés, comme si les protagonistes y étaient sans y être (les fans d’analyse vous diraient qu’ils sont dans leur bulle… je suis guère convaincu). Y a comme un goût d’inachevé sur ce point là donc. Pour le reste, le scénario fonctionne vraiment bien, à coup de bons rebondissements, on ne s’ennuie jamais vraiment (le film est nommé dans la catégorie « Meilleur scénario »  au Independent Spirit Awards ndrl). Le film recèle par ci par là de très grand et beau moment de cinéma…

Un point par contre où je ne suis pas du tout mesuré, c’est la très bonne réalisation de James Ponsoldt. C’est beau, c’est délicat, c’est servi avec une B.O. somptueuse (j’enlèverais la première musique qui m’a guère inspiré) et ça marche jusque la dernière seconde avec deux dernières minutes absolument frissonnantes.

Si avec sa cinquantaine de « Awesome » prononcée tout du long et son « Spectacular » affiché en grand, le film de James Ponsoldt s’annonçait un peu prétentieux, le résultat est à la hauteur (même à la largeur!).  Un peu moins bon que le film de Chbosky, mais cette même envie de courir acheter le livre pour prolonger le moment une fois hors de la salle.

P.S.: Dans un tout autre registre, vous pourrez retrouver Shailene Woodley et Miles Teller le 9 Avril 2014 au cinéma dans « Divergente »… (comptez sur moi pour aller le voir!)

THE SPECTACULAR NOW (3,5/5) – Réalisé par James Ponsoldt – Sortie le 8 Janvier 2014

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Janvier 2014

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s