Dallas Buyers Club

Écrit par Werner Dejaeghere

Autant démarrer directement cette critique en disant qu’il n’y pas grand-chose à dire sur Dallas Buyers Club, car le quatrième film de Jean-Marc Valée est bien en tout point et on ne peut rien lui reprocher, malgré cela il s’avère que ce n’est ni un chef-d’œuvre ni un grand film, alors c’est quoi? Dallas Buyers Club est juste bien ni plus, ni moins et c’est à fois sa force et son plus gros défauts. Tout s’enchaîne à un rythme soutenu de manière à ce que l’on ne s’ennuie jamais, malgré le grand académisme de son film, Vallée ne tombe jamais dans le piège du film « Inspiré d’une histoire vraie » avec ses excès de pathos, non Dallas Buyers Club va certes à quelque scène de sentimentalisme, mais c’est dosé à la perfection. Le film vaut surtout et on le sait depuis longtemps (toutes la presse américaine en parlait) pour la performance de ses acteurs, Matthew McConaughey et Jared Leto qui ont tout les deux perdus beaucoup de poids et se retrouve physiquement transformés, ce qui leurs a valu un Golden Globes et un Oscar chacun (Meilleur acteur pour McConaughey et Second rôles pour Leto).

Synopsis :

1986, Dallas, Texas, une histoire vraie. Ron Woodroof a 35 ans, des bottes, un Stetson, c’est un cow-boy, un vrai. Sa vie : sexe, drogue et rodéo. Tout bascule quand, diagnostiqué séropositif, il lui reste 30 jours à vivre. Révolté par l’impuissance du corps médical, il recourt à des traitements alternatifs non officiels. Au fil du temps, il rassemble d’autres malades en quête de guérison : le Dallas Buyers Club est né. Mais son succès gêne, Ron doit s’engager dans une bataille contre les laboratoires et les autorités fédérales. C’est son combat pour une nouvelle cause… et pour sa propre vie.

(Source: AlloCiné)

Dallas Buyers Club est d’un rythme impeccable, on ne s’y ennuie peut-être, mais on a parfois tendance à être lassé de cette histoire même si on est toujours touché. Les dialogues ne sont jamais là pour nous faire pleurer est remplir de pathos des scènes sentimentales, mieux le film est doté d’un humour corrosif à souhait et toujours bien sentie. La mise en scène est à l’image du film sèche et rentre dedans, ici pas de grande idée, on va à la simplicité sans négliger un réel langage cinématographique. La photographie de Yves Bélanger apporte une vraie ambiance au film, une esthétique sorti directement des années 80.

Les acteurs sont tous formidables. Matthew McConaughey est parfait et c’est surtout dans le fait qu’il arrive à nous faire oublier qu’il a perdu énormément de poids pour le rôle, Jared Leto est d’un naturel assez extraordinaire et si on ne parle que d’eux, c’est parce que le film tient surtout grâce à leurs performances, mais il ne faudrait pas oublier le reste du casting qui est aussi très bon. Jennifer Garner dont on attendait plus rien et ceux depuis longtemps est d’une grande justesse, Denis O’Hare est excellent, Steve Zahn est bon. Ici aucun acteur prendre tout l’écran pour se démarquer.

Dallas Buyers Club souffre d’un truc et c’est ce qu’il empêche d’être un grand film, c’est qu’il est convenue, l’exemple type du film académique. Tout ici est fait pour qu’on le déteste, scénario inspiré d’une histoire vraie, acteur qui se transforme physiquement, … et pourtant on ne peut s’empêcher d’aimer le film de Jean-Marc Vallée, car il est d’une grande honnêteté et malgré  le fait qu’il soit souvent très bancal, la sincérité de l’ensemble prend le dessus et nous touche en plein cœur.

Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée: 3,5/5

(sortie le 29/01/2014)

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Janvier 2014

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s