Les coups de <3 du mois de février

Écrit par Werner Dejaeghere, Quentin Didier et Tanguy Bosselli

Il y a un mois on ouvrait une nouvelle rubrique chez Fresh Buzz Cinéma en ne sachant pas vraiment comment ça allait évoluer, le concept parler d’anciens film qu’on a aimé, adoré ou adulé dans le mois qui c’est écoulé. Vous pouvez retrouver le premier numéro de cette rubrique appelée « Les coups de ❤ » ICI On vous avez aussi parlez d’invités et ce mois-ci, on a le plaisir d’accueillir un ami cinéphile…Tanguy Bosselli qui écrit sur D’Un Écran À L’Autre (ICI) où il parle aussi bien du grand écran que du petit. À noter aussi que Quentin est présent lui aussi.

Moi je vais vous parlez de 4 film qui bien différent et Tanguy vient nous parler de son parrainage Vodkaster…50/50 de Jonathan Levine. C’est parti…

Le Direktør (Direktøren For Det Hele en VO) de Lars Von Trier: 4/5

Chez Fresh Buzz Cinéma, on connait peu le trublion qu’est Lars Von Trier, je n’ai vu que Antichrist que j’ai aimé et Melancholia que j’ai détesté et c’est avant la sorti de son ou plutôt ses Nymphomaniac (que je n’ai finalement pas vu par manque de temps) que j’ai voulu regarder un de ses films, je connais malgré tout le Dogme 95, mais je ne sais absolument pas dire à quoi ressemble un film de Von Trier, je me suis donc lancé dans l’inconnu en lançant Le Direktør. Ce fut une très agréable surprise que cette comédie sur le patronat, souvent très drôle et toujours amusante, mais tout aussi agaçante. Von Trier en voix off vient nous donner des cours de comédie et de cinéma, en tout cas sa vision et c’est assez génial. Le manque de moyen le rends encore plus repoussant et difficile à aborder, mais ce serait bête de passer à côté de cette pépite comique.

Trop Belle Pour Toi de Bertrand Blier: 4,5/5

Tout le monde connait Bertrand Blier ou en tout cas son Les Valseuses et Préparez Vos Mouchoirs ou encore Tenue De Soirée ou Buffet Froid tous avec Gérard Depardieu et une fois n’est pas coutume, il est encore au casting de ce Bertrand Blier. Bon je dis ça, mais je n’ai vu aucune film de Blier, donc encore une fois je ne c’est pas à quoi ressemble son cinéma, c’est donc encore une fois dans l’inconnu que je découvre Trop Belle Pour Toi et quelle découverte! On est ici devant un sublime film d’amour porté par une Josiane Balasko sublime de mélancolie, un magnifique Gérard Depardieu en perdition et une Carole Bouquet absolument incroyable et une ambiance hypnotisant à souhait. Bertrand Blier explore le désir amoureux avec un regard bien veillant et un rythme lancinant qui lui va bien, tout du long on est troublé, impressionné et touché jusqu’au final bouleversant où on verse la larme qu’on gardait depuis le début. Et si Trop Belle Pour Toi fonctionne c’est surtout grâce à la mise en scène qui est absolument grandiose. Au final le film de Bertrand Blier c’est un César du Meilleur Film, Meilleur réalisateur, Meilleure actrice (pour Carole Bouquet), Meilleur scénario, Meilleur montage et un Grand Prix à Cannes…rien que ça!

Les Rois Du Désert (Three King en VO) de David O. Russell: 4/5

Bon je vais pas vous mentir, le talent de David O. Russell m’est pas apparu avec Fighter (fin c’est compliqué), à l’époque et ceux depuis longtemps je regarde énormément de film (comme maintenant d’ailleurs), mais sans vraiment m’intéresser au réalisateur ou au acteur…j’étais juste un amateur de film (j’avais 14 ans à la sorti de Fighter) et depuis je suis devenu un vrai cinéphile, l’année dernière sortait Happiness Therapy (que j’ai beaucoup aimé) je connaissais donc mieux O. Russell sans avoir vu d’autre film et le mois dernier sortait American Bluff dont on en disait beaucoup de bien dans critique (ICI) et on parlait du cinéma du réalisateur, car avant sa sortie j’ai regardé tout ses films (mis à part Spanking The Money que j’ai trouvé nul part!) et autant dire que ce désormais réalisateur indispensable d’Hollywood et un de mes préférés. Depuis ses débuts, O. Russell n’a jamais caché son ambition d’être un grand d’Hollywood et c’est avec Les Rois Du Désert qu’on le ressent le plus, car il allie à la perfection gros divertissement et vrai pamphlet anti-guerre indépendant. Alors parlons de ce film maintenant, Les Rois Des Désert c’est un tacle orienté vers l’armée américaine et un fuck lancé la guerre, c’est avec une énergie débordante, un humour génial que O. Russell vient nous démontrer l’inutilité de la guerre du Golfe. Une sorte de M.A.S.H. du 21ème siècle.

West Side Story de Robert Wise et Jerome Robbins: 5/5

Et voilà un film, un classique de la comédie musicale et du cinéma tout simplement, mais aussi un chef-œuvre. Le Blu-ray du film de Robert Wise traînait sur mon étagère depuis un bout de temps et je le regardais en ayant peur de m’y pencher n’étant pas très client des comédies musicales et 2H30 de chant et de chorégraphies m’effrayer un peu et un soir je me suis lancé…2H30 plus tard, j’ai un nouveau film parmi mes films préférés. West Side Story c’est tout du long absolument grandiose, sublime et absolument démesuré, des classiques comme on en fait plus et le temps ne lui donne pas une ride, il est même toujours d’une actualité aberrante. Il y a une magie ambiante dans le film, quelque chose sorti de nul part et où le technicolor vient nous éblouir, tout y est au pire magnifique. La mise en scène est hallucinante d’idées, de maîtrise, la satire sociale touche juste et les chorégraphies sont complètement folle, le casting porte un film lui même porté par des chansons incroyables. Et si on peut trouver sa ridicule au début, il suffit de 2 minutes à Wise pour nous faire aimer son film. Télérama disait à la sortie du film (en 62) « West Side Story est tout à la fois un spectacle, un poème, une satire ; c’est tout à la fois une plainte et un hymne. » et ils avaient raison. Un classique, mais surtout un chef-d’œuvre couronné par 10 Oscars.

Quentin malgré le peu de film qu’il voit en DVD ou à la TV à quand même eu un énorme coup de cœur pour Tomboy et il est naturellement venu en parler.

Tomboy de Céline Sciamma: 3,5/5

Grand succès critique à sa sortie, Tomboy continue de faire parler de lui (d’elle?) lors de sa première diffusion ce mois-ci sur Arte. L’organisation catholique « Civitas » qui pour le coup se la joue « organisation cathodique » mise sur une opération coup de poing en voulant censurer le second  long métrage de Céline Sciamma. Du pain béni pour ce groupe qui essayait déjà depuis quelques mois de l’éjecter du programme « École et Cinéma » mis en place par le ministre de l’Éducation Nationale et de la culture. Mais « Jeux de mains, jeux de vilains », le film réunira 1,3 millions d’adeptes à « la propagande de film de genre » dont j’ai fait partie. Alors qu’y avait-il de si horrible que cela… si ce n’est une justesse omniprésente dans la réalisation et l’écriture! (et oui la vérité ça peut faire mal parfois !). Laure, 10 ans est un garçon manqué. Venant d’emménager dans un nouveau quartier, elle fait croire à ses nouveaux amis qu’elle est un garçon… Tomboy fait partie de ces films qui montrent le quotidien sans artifices et avec les longueurs qui vont avec. Nous ne regardons pas le film… nous y entrons. Comme cette sensation étrange mais non moins rebutante de revivre un mercredi après-midi de son enfance (pour ceux qui voudraient se rappeler !) . Magistralement interprété, très bien écrit, des longueurs (vous avez dit longueurs?) nécessaires, et une (unique) musique électro quasi ludique divine! Une parenthèse d’une heure vingt sans fausse note, sans jugement et loin d’être plombante.

Le film a reçu lors de la Berlinale 2011 le Prix du jury aux Teddy Awards… je pense que tout « Teddy » ! Oh My…God que c’était bon!

On vous a gardé le meilleur pour la fin et on laisse la parole ou plutôt l’écriture à Tanguy qui vient nous parler de son parrainage Vodkaster et d’un film que j’ai personnellement beaucoup aimé…

50/50 de Jonathan Levine: 5/5

Quand un film marque les esprits, il vous hante émotionnellement durant plusieurs jours voir plusieurs mois. 50/50 est un film que j’ai découvert le 31 août 2013 dernier et après plusieurs visionnage je confirme que ce film est tout bonnement génial. Jonathan Levine met en scène Adam Lerner, jeune homme à la vie idéale : il ne boit pas, ne fume pas, recycle et a une copine. Mais un jour, on lui diagnostique un cancer rare où ses chances de survie sont de 50%. C’est le scénariste Will Reiser, qui raconte sa propre vie et le réalisateur mets les bouchées doubles et raconte son combat contre la maladie avec une adresse déconcertante. En plus d’offrir quelques moments d’émotion magiques et terriblement efficaces (j’ai pleuré à chaque fois lors des mêmes scènes), 50/50 est une belle histoire de vie, très drôle parfois, où les personnages secondaires sont autant mis au premier plan par moment que Adam, montrant que le malade n’est pas le seul homme qui souffre durant ces moments difficiles. Le duo Joseph-Gordon Levitt/Seth Rogen fonctionne avec brio, Anna Kendrick est superbe (dans le jeu hein, enfin bref), Anjelica Huston joue avec une sincérité poignante, Philip Baker Hall fait des apparitions très remarquées et y a du Pearl Jam dans la scène finale qui achève complètement. Un tour de force incroyable, 100% réussi.

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Uncategorized

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s