Heli

Écrit par Werner Dejaeghere

Avec son nouveau film, Amat Escalante vient tenter de dénoncer la violence qui terrasse le Mexique et avec l’aide d’une mise en scène parfaite illustre ses propos frontalement sans essayer d’adoucir le trait et en soi les intentions du réalisateur sont plus que louables, mais Heli est tout d’abord carrément ennuyeux qui soit, mais il s’avère aussi totalement vain. Autant en allant au plus près du problème et en empruntant au documentaire pour dénoncer, Ascalante nous donne avoir 1H45 de cinéma pur en terme de mise en scène et c’est là tout le problème du film. Heli tourne très vite à l’exercice de style du fait de ce paradoxe entre docu et fiction, le cliché du film mexicain sélectionné au Festival de Cannes est bien présent.

Synopsis:

Au Mexique, la famille d’Estela, une jeune fille de 12 ans est prise dans un engrenage de violence lorsque celle-ci tombe amoureuse d’un jeune policier impliqué dans un détournement de drogue.

(Source: Allociné)

Si Heli est bien nécessaire pour montrer la violence, les ravages de la drogue et la peur des cartels au Mexique était il bien nécessaire d’en faire un long film d’une longueur excessive et qui au final rebute plus qu’il ne fait réfléchir. Amat Escalante nous donne à voir de vrai scène de violence et tout ça est peut-être bien réel, mais on a que faire car ça tombe presque dans la gratuité, le réalisateur ce défendra en disant que la violence dans la « vraie » vie n’est pas comme ça et que dans son film il la montre tel qu’il est, mais son Heli est tellement ennuyeux que on finit bien vite par se désintéresser des scènes de tortures ou autres.

Heli : Affiche

Le scénario ne mène nul part et dans ce qu’il propose ennui terriblement. Tout les récits est inintéressant et tourne ne rond, mais dans la dénonciation ça marche, mais ça ne suffit jamais. Les personnages sont forcément très bien écrits, car authentique et il en est de même pour les dialogues qui sonnent toujours juste. c’est le gros défaut du film, c’est son écriture dès plus lourde et au final trop vide.

Le casting est composé d’inconnu qui font le travail avec justesse et ils ce débrouillent tous très bien, mais ils sont tous d’une effarante banalité. On sauvera tout de même Armando Espitia.

La mise en scène est parfaite, Escalante compose des plans hyper-travaillé absolument magnifique et souvent très impressionnant de même que certains plan-séquences. la mise en scène a été justement récompensée à Cannes par le Prix de la Mise en scène (même si il y avait quand même bien mieux à côté!). La photographie de Lorenzo Hagerman est assez moche à l’image de ce que le film dénonce et ce qui offre une certaine ambiance assez forte.

Je disais plus haut que les intentions de Amat Escalante étaient louables et on peut même le féliciter de l’audace d’avoir réaliser un tel film qui dépeint avec autant d’authenticité des maux qui frappent le Mexique, mais on est ici pour juger son film et Heli est mauvais. Quand le film vient enfin avoir quelque chose à proposer dans son récit, le film s’arrête et si il est assez rare de voir du cinéma sur 1h45 de long, Amat Escalante étire la longueur de ses scènes de tortures (le meilleur exemple) pendant lesquelles il ne vient rien apporter de plus pour la souligner, mais qui ennuie terriblement car il n’y a aucun regard. Heli est donc vain, mais surtout indéfendable.

Heli de Amat Escalante: 1,5/5

(sortie le 09/04/2014)

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Avril 2014

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s