Tom À La Ferme

Écrit par Werner Dejaeghere

Tom À La Ferme est une plongée au cœur de la perte de l’être aimé où Xavier Dolan vient y mêler relations filiales difficiles. Du début à la fin le personnage de Tom essaye de comprendre les autres, apprend à les connaître et par la même occasion, nous aussi. Dolan signe un film avant tout troublant où il cache ses sentiments secrets et même inavouables, car tout en gardant ses sujets de prédilections il injecte un thriller psychologique des plus haletant où la tension monte en crescendo et l’où on est happé dans la spirale du deuil et de l’amour. Dolan réinvente Hitchcock avec une puissance extraordinaire.

Synopsis:

Un jeune publicitaire voyage jusqu’au fin fond de la campagne pour des funérailles et constate que personne n’y connaît son nom ni la nature de sa relation avec le défunt. Lorsque le frère aîné de celui-ci lui impose un jeu de rôles malsain visant à protéger sa mère et l’honneur de leur famille, une relation toxique s’amorce bientôt pour ne s’arrêter que lorsque la vérité éclatera enfin, quelles qu’en soient les conséquences.

(Source: AlloCiné)

Xavier Dolan change les codes de son cinéma, délaisse quelque peu le style qu’on lui connaissait, mais pour mieux ce les réapproprier.  Il lâche les longueurs superflues, oubliez couleurs éclatantes sous de long ralentis où il guettait les corps avec Tom À La Ferme Dolan est incisif, il filme au corps-à corps comme si il avait un couteau sous la gorge et si ce changement brutal pouvait faire peur, car Xavier Dolan et son cinéma était sublime, indispensable certes, mais ce nouveau style est tout aussi puissant. Il laisse de côté les élans pop pour un style plus rentre dedans et réaliste.

Tom à la ferme : Affiche

Le scénario est minutieux, il respecte les codes du thriller dans lequel il déploie avec un rythme parfait des scènes de violence insoutenable, car cachée. Prenant de bout en bout, on ne s’y ennui jamais. Les personnages sont écrits à la perfection, chacun d’entre eux et travaillés et d’une profondeur extraordinaire. Si les personnages peuvent paraître antipathique c’est car il ne ce comprennent pas et on ne les comprends, car on ne les connaît et c’est la force de l’écriture c’est qu’on s’y attache au fur et à mesure. Les dialogues sonnent toujours juste et touchent toujours.

Le casting est tout bonnement sidérant, tout le monde est juste et plus encore. Xavier Dolan n’est certes pas le plus grand acteur de sa génération, mais il joue avec une telle sincérité qu’il arrive à tout faire passer, Pierre-Yves Cardinal est LA révélation du film, il est immense en beau-frère tyrannique et balance une palette de jeu tout en nuance, Lise Roy est impériale en mère perdue et rempli de tristesse, elle d’un naturel affolant, Evelyne Brochu est sublime en fille de la ville qui débarque à la campagne, on peut aussi souligner le prestation de Manuel Tadros qui avec une brève scène (une des meilleurs d’ailleurs) démontre un grand talent.

La mise en scène est d’une perfection à tout les niveaux, c’est une vraie leçon de cinéma. Dolan filme différemment, mais toujours avec autant de talent et d’idée, on en prend plein les yeux et on est même impressionné. Il s’amuse avec ses décors, ses paysages et puis juste pour le changement de format (ce qui ce fais rare de nos jours) durant les scènes « d’actions », la réalisation vaut tout l’or du monde.  La photographie de André Turpin est magnifique, il joue de la banalité des paysages avec brio. Il joue des couleurs sombres et des effets naturels, ce qui donne un résultat subjuguant de beauté sale. Gabriel Yared signe une B.O. assez jolie dans ce qu’elle propose comme titre et quand il va dans la compo. originale, elle n’a rien a envier au plus grand thriller. La musique installe une ambiance de folie.

Tom à la ferme : Photo Lise Roy, Pierre-Yves Cardinal, Xavier Dolan

Tom À La Ferme en plus d’être tenu d’une main de maître avec un rythme parfait et doté d’un sens de l’écriture incroyable, c’est d’une maîtrise du cinéma impressionnante. Dolan réalise son film avec une force, une envie de filmer, la rage de parler qu’on est emporté dans son film dès les premières secondes. Tout dans Tom À La Ferme les mots, les gestes, les regards tout à un sens comme dans ses précédents films, mais ici tout cela est sous une tension palpable qui prends à la gorge. Oui, Xavier Dolan a signé un thriller romantique fiévreux et toxique.

Quand les vacances d’été ce finissent la population gay de L’Inconnu Du Lac partent en vacances au Québec et nous offre un nouveau thriller saisissant. Dans Tom À La Ferme on en prend plein la gueule, plein le cœur, on ressent mille émotions en même temps, on a peur, on ri, on pleure, on est est angoissé, on est perdu et surtout on aime, l’amour est le maître mot du film, l’amour fou, le vrai, l’inoubliable. Dolan en est qu’à son quatrième film et il se réinvente déjà, oubliez son style poseur et un peu superficiel (que j’adore), mais qui est toujours juste avec Tom À La Ferme il dynamite ce style tout en gardant le principal. Oui, Xavier Dolan est un grand réalisateur et ses films sont indispensables.

Tom À La Ferme de Xavier Dolan: 5/5

(sortie le 16/04/2014)

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Avril 2014

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s