Last Days Of Summer

Écrit par Werner Dejaeghere

Last Days Of Summer c’est le nouveau film de Jason Reitman, réalisateur adoré du public de Thank You For SmokingJunoIn The Air et Young Adult et autant dire que je déteste ce réalisateur car le bonhomme signe des films plein de cynisme, mais d’une absolu bêtise et qui tombe toujours dans les clichés. Avec Last Days Of Summer Reitman délaisse le cynisme pour nous offrir un film des plus classiques du scénario à la mise en scène et autant dire qu’il est bien mieux dans ce registre, car il est indéniable que Jason Reitman sait filmer et ici il peut pleinement laisser parler sa réalisation au lieu de faire parler ses personnages par un verbe exaspérant.

Synopsis:

Lors du dernier week-end de l’été, Frank, un détenu évadé, condamné pour meurtre, oblige Adèle et son fils Henry à le cacher chez eux. 
Très vite, la relation entre le ravisseur et la jeune femme prend une tournure inattendue. Pendant ces quatre jours, ils vont révéler de lourds secrets et réapprendre à aimer…

(Source: AlloCiné)

Last Days Of Summer est clairement mauvais, car il se contente de ressortir les codes du mélodrames sans rien y ajouter ou même apporter ne serait-ce qu’un élément novateur et bien non, Jason Reitman se contente de raconter son histoire. Son film a un charme qui opère très vite et fait que son film se laisse regarder sans déplaisir. Last Days Of Summer c’est le film qu’on a déjà vu 100X, mais qu’on se lasse jamais de revoir que ça soit bon ou mauvais (au même titre que les films d’action) sauf que celui-ci est une enivrante chronique d’été qui est portée par un trio tout en douceur. Reitman signe un film à l’ambiance fiévreuse qui n’est ni réellement raté, ni vraiment réussi, même si c’est bourré de clichés et que le côté thriller et très vite expédié on reste accroché.

Last days of Summer : Affiche

Le scénario est très mal écrit et pourtant ça n’est pas tellement un défaut, car tout fonctionne grâce à des enchaînements parfait. La mélo marche toujours, mais pour un film qui parle d’amour on pouvait s’attendra au minimum à quelque séquence de charme, mais non ici on tombe amoureux d’un coup sans même nous montrer comment il arrive, comme si c’était normal. Le côté thriller du film est assez aberrant, car on s’y attarde quasiment jamais et malgré tout on insiste vraiment dessus et ceux tout du long. Les personnages sont terriblement attachant, mais tout de même très clichés et pas très bien écrits. Ils leurs manquent de la profondeur. Les dialogues sont d’une connerie abyssale, phrase Facebook sur phrase Facebook du style « je ferais vingt ans prison pour trois jours de plus avec toi ».

Le casting est très bon et c’est la principale qualité du film, car ils portent tout sur leurs épaules. Kate Winslet se parodie énormément, mais comme elle a un talent fou et bien forcément c’est génial. Josh Brolin est parfait en prisonnier blésé par la vie en cavale. Gattlin Griffith est une petite révélation qui est pas excellent, mais il renferme un talent prête à exploser. Clark Gregg est très bon malgré ses brèves apparitions, il apporte un jeu tout en nuance. Brighid Fleming est l’enfant actrice dans ce qu’il y a de pire, jeu exacerbé assez dérangeant. Brooke Smith est en-dessous. On peut aussi apercevoir Tobey Maguire et J.K. Simmons dans un jeu tout naturel et assez agréable.

La mise en scène est très bonne. Reitman filme tout en finesse et si il n’y a pas des millions d’idées, ça suffit à être au-dessus des la plupart des films du genre. la photographie de Eric Steelberg est absolument sublime et sent terriblement bon l’été. On en prend plein les yeux dans ce livre d’images en mode âge d’or. Rolfe Kent signe une B.O. très peu marquante et pourtant très encombrante. La musique est le chef qui ordonne le chantage émotionnel.

Last days of Summer : Photo Gattlin Griffith, Josh Brolin, Kate Winslet

Last Days Of Summer c’est un film dès plus classiques et pourtant on prends plaisir à suivre le nouveau film de Jason Reitman, mais malgré tout c’est bourré de défaut des codes de chaque genre qui sont brossés à la va vite pour un résultat frustrant, une niaiserie de chaque instant et des clichés à la pelle font de Last Days Of Summer une semi-réussite et non pas un semi-échec. Reitman maîtrise tout sans jamais y ajouter le petit plus qui en aurait fais un bon film. Le réalisateur voulait certainement livrer le grand film fiévreux au relent classique qui fleurait bon la belle époque, mais non Last Days Of Summer est un produit calibré qui arrive par parfois à toucher les sensations des classiques du genre.

Dans la moiteur de l’été le film explore le désir de l’amour de l’enfance à l’adulte avec certes du pathos qui sort par tout les pores de la pellicule, mais doté d’un casting qui arrivent avec un talent immense à faire tenir un récit bancal. Last Days Of Summer dans une Amérique ni profonde, ni grande, une Amérique simple est un concentré d’émotion et suspens et le tout expédié dans une fin qui achève de plongé le film dans une niaiserie totale, mais l’ambiance hyper sensuel collé à la plus belle des choses qu’est l’amour suffit à nous laisser prendre. Dans tout les cas on préfère Jason Reitman sous airs plus classiques un peu périmé bien loin de la bêtise de ses « brûlots » cyniques.

Last Days Of Summer (Labor Day) de Jason Reitman: 2/5

(sortie le 30/04/2014)

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Avril 2014

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s