Charlie Countryman

Écrit par Werner Dejaeghere

Charlie Countryman est le film indé. atypique par excellence, en ce lançant dans la premier film de Fredrik Bond on s’engage dans l’inconnu, un mystère absolu entouré le film et c’est donc très surpris qu’on en ressort et même agréablement surpris. Charlie Countryman a tout pour devenir un film culte et oui rien que ça, car malgré les imperfections de sa première réalisation, Bond injecte une universalité et surtout une intemporalité qui souffle un vent de totale liberté et ça fait un bien fou de voir ce Charlie Countryman qui est en rien calibré. On y décèle beaucoup de Boyle, mais Fredrik Bond n’en emprunte que le style tout en le détournant (il nous fait un peu pensé à Trance de Danny Boyle).

Synopsis:

Bouleversé par la mort de sa mère, Charlie Countryman quitte les Etats-Unis et atterrit dans l’une des villes les plus survoltées d’Europe : Bucarest. En plein deuil, seul parmi des inconnus, entre virées en boîte et trip hallucinogènes, il rencontre la très énigmatique Gabi… et en tombe violemment amoureux. Harcelée par son ex, un dangereux caïd local, Gabi tente toutefois de repousser Charlie pour mieux le protéger… Mais rien ne fait entendre raison au jeune homme – pas même la peur de mourir.
Pour Charlie Countryman, cet amour-là vaut tous les sacrifices..

(Source: AlloCiné)

Charlie Countryman est un film-clip comme on les déteste, mais c’est la sa force c’est qu’il est un faux film de genre. Fredrik Bond fait de son héros le film est donc en fait une personne ce qui en résulte un ovni sous forme de bad trip complètement barré sous et d’autant plus appréciable. Bond suresthétise son film et va à toutes les outrances, mais en restant toujours à l’essentiel, là où un Danny Boyle aurait fais de ses accès esthétisant une partie de son récit et c’est assez bluffant. Même si il se perd parfois en chemin, Charlie Countryman touche à tout et ce construit sous la forme d’un triangle amoureux fiévreux et un thriller nerveux et inversement. On peut-être totalement réfractaire à l’univers que propose le réalisateur, mais ce serait passé à côté d’une expérience incroyable.

Charlie Countryman : Affiche

Le scénario mets un peu de temps un s’installer et ne montre jamais dans quelle direction il va aller et est donc toujours surpris. Le romantisme se mêle au thriller tout en touchant à la comédie et l’ensemble reste totalement cohérent. Les personnages sont magnifiques, tout en sensibilité exacerbé et en fragilité. Ils touchent, car ils sont profondément humain même sous leurs pires des visages on y décèle une certaine émotions. Les dialogues sont superbement bien construit que ça soit dans le discours amoureux particulièrement beau que dans les scènes plus posés où les phrases comiques sont balancés dans le vent à une cadences folle.

Le casting est totalement bluffant du premier au plus petit rôle. Commençons par Shia LaBeouf qui après les Transformers et autre Indiana Jones continue sa mue artistique commencée avec Des Hommes Sans Loi de John Hillcoat et prolongée avec les Nymphomaniac de Lars Von Trier et si pas mal de monde le déteste (je suis loin d’en faire partie, je suis fan de lui depuis ses débuts dans la série La Guerre Des Stevens) avec Charlie Countryman il devrait mettre tout le monde d’accord tant il est parfait. Evan Rachel Wood n’est que pleur durant tout le film et pourtant elle est toujours juste et ne tombe jamais dans la facilité. Mads Mikkelsen fait un mix entre le méchant qu’il incarné dans Casino Royale et le petit malfrat de Pusher ce qui donne un résultat détonnant de sensibilité brute. Til Schweiger joue comme dans une série B et par chance son rôle ne pouvait être abordé que de cette manière. Parlons aussi de Rupert Grint qui après la saga Harry Potter nous la joue Miley Cyrus et se lâche complètement à base d’ecstasy et de grosse érection sans pour autant changer ses tics de jeu.

La mise en scène est absolument incroyable. Certes ça ne convainc pas toujours, ça ce perds parfois, mais c’est toujours surprenant et ça vaut tout l’or du monde. La photographie de Roman Vasyanov est sublime, on y retrouve un peu la patte de Benoît Debie certes dans les effets de styles, mais Vasyanov arrive à tout de même à mettre du mystère dans un Bucarest mystérieux. Christophe Beck qui n’en est pas à son coup d’essais, mais qui n’a jamais rien offert de marquant et pourtant avec sa B.O. branchée il porte toutes les scènes.

Charlie Countryman : Photo Evan Rachel Wood, Shia LaBeouf

Charlie Countryman n’est certes pas LE film de l’année, mais on est pris d’une certaines tendresse envers le premier film de Fredrik Bond. Il y a pourtant a détesté dans ce film du style au récit, on peut lui reprocher ses excès stylistiques, ses élans romantiques quelque peu gnangnan, ses clichés adolescents, sa poésie lourdingues et pourtant de tout ça émane une émotions qui  nous happe dans un Bucarest réinventé. Charlie Countryman est un savant mélange entre Trance de Danny Boyle et Pusher de Nicolas Winding Refn la sensibilité en plus et c’est ça différence et peut-être aussi sa force, car c’est avant tout au émotions qu’on s’accroche.

Charlie Countryman est l’œuvre d’un jeune réalisateur quelque peu frimeur, mais qui mets avant tout son talent et son envie de filmer au service de son film et autant dire qu’il le fait à fond, Fredrik Bond filme avec une énergie débordante et d’innombrables idées qui même si il se perds parfois en chemin livre un ensemble tout à fait cohérent et ceux pour notre plus grand plaisir. Charlie Countryman a beau avoir tout pour être détestable, il fonctionne et étonne toujours et c’est à ça que l’on reconnait un film culte, il ressemble à tous, le talent et aussi le fait que lui on a pas l’impression de l’avoir vu mille fois malgré les imitations. Une réelle surprise.

Charlie Countryman (The Necessary Death Of Charlie Countryman) de Fredrik Bond: 3,5/5

(sortie le 14/05/2014)

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Mai 2014

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s