Godzilla

Écrit par Werner Dejaeghere

Autant le dire dès le départ…je n’ai pas aimé ce Godzilla! Un Godzilla version 2014 (29ème adaptation quand même!) que j’attendais avec grande impatience, car la Warner a gérée sa promotion à la perfection entre bande-annonce mystérieuse et affiche d’une grande beauté, on en attendait forcément beaucoup. Même si je n’ai pas aimé le film de Gareth Edwards, je n peux m’empêcher de lui trouver des qualités non-négligeables, mais aussi des défauts qui sont finalement que très peu dérangeant. Très mitigé donc.

Synopsis:

Godzilla tente de rétablir la paix sur Terre, tandis que les forces de la nature se déchaînent et que l’humanité semble impuissante…

(Source: AlloCiné)

Gareth Edwards signe-là sa deuxième réalisation après Monsters, film de monstre très intimiste et si avec ce deuxième film il passe au niveau supérieur (rien que pour le budget, 800 000$ pour Monsters contre 215 millions de $ pour Godzilla), il n’en oublie cependant pas ses préoccupations d’auteur. Edwards dépoussière le mythe Godzilla (oublions l’immense nanar de 98 signé Roland Emmerich) tout en lui rendant un très bel hommage en braquant les projecteurs sur la bête et en mettant en retrait ses acteurs sans pour autant les faire passer à la trappe. Avec Godzilla Gareth Edwards a eu le soucis de bien faire, il y a un vrai soin apporté à l’ensemble et c’est très appréciable. On sent très clairement que le réalisateur aime le gros lézard.

Godzilla : Affiche

Le scénario est assez foutraque dans son ensemble certes les scènes sont très bien écrites quand on les prends séparément, mais le récit en lui même se perds souvent et n’est pas forcément très cohérent. Godzilla est surtout très long et mets beaucoup trop de temps à s’installer et se finit sur un final vite expédié. Les personnages sont très basiques, ils sont même clichés, néanmoins on s’y attache sans trop de difficultés. Les dialogues sont confondants de banalités, mais ça colle bien à l’ambiance du film ce qui fait que c’est pas un gros défaut.

Le casting fait le minimum syndical et se contente d’être là. Aaron Taylor-Johnson fait le boulot sans rien apporter de plus. Ken Watanabe est à côté, mais son charisme l’emporte. Bryan Cranston recycle son jeu sans rien n’y apporter non plus. Même si Elizabeth Olsen est bonne et toujours aussi magnifique, son rôle et tellement vide qu’elle n’a rien a jouer. David Strathairn est une grosse erreur de casting. Juliette Binoche est mauvaise, mais fait en 10 minutes à l’écran que Jean Reno dans l’ensemble de la version de 98.

La mise en scène est très bonne, Edwards sait tenir une caméra et n’oublie jamais de nous le faire savoir. Il filme la bête avec beaucoup de maîtrise et surtout beaucoup de talent. La photographie de Seamus McGarvey est d’un naturel assez sidérant dans ses scènes d’extérieure et d’une impressionnante maîtrise de la lumière. Il arrive a créer des ambiances en jouant tout simplement avec les contrastes. Alexandre Desplat se contente comme souvent de faire le job, il signe une B.O. pas mauvaise carle bonhomme a du talent, mais pas extraordinaire non plus au vue de se talent.

Godzilla : Photo

Certes Godzilla est assez fou dans ses scènes d’actions (on est surpris plus d’une fois) et assez bien construit dans ses scènes intimistes, mais il lui manque toujours la petite étincelle qui ferait de lui un film dantesque ou plus sobrement un grand film. Gareth Edwards aborde son film au premier degré et ce n’est pas pour déplaire, c’est même une très bonne idée à l’heure où le blockbuster est de plus en plus simpliste et bourrin, Godzilla colle à la réalité comme le faisait La Planète Des Singes : Les Origines de Rupert Wyatt et n’essaye pas d’inventer un univers à la différence de l’imbuvable Pacific Rim de Guillermo Del Toro qui n’existait que pour ses scènes d’actions et qui était d’une connerie abyssale.

Godzilla n’est donc pas la claque annoncé et surtout espéré, il en est même très loin malgré le fait qu’il arrive à de rare moment a s’en approcher. Gareth Edwards démontre tout ses talents de réalisateur en maîtrisant tout le côté techniques de son film, mais malheureusement ça ne suffit pas à convaincre car Godzilla souffre d’une écriture assez fade qui se contente tout simplement de se dérouler et d’envoyer son petit message, mais l’ensemble est bourré de clichés et c’est surtout beaucoup trop long. Godzilla est avant tout une déception, car il n’est pas spécialement mauvais Edwards grâce à un indéniable talent arrive à faire d’un film qu’on aurait à l’habitude détesté un film passable et même agréable, il reste ses défauts et malheureusement ça ne pardonne pas.

Godzilla : Affiche

Godzilla de Gareth Edwards: 2,5/5

(sortie le 14/05/2014)

Advertisements

Un commentaire

Filed under Mai 2014

One response to “Godzilla

  1. Camille

    Une critique qui rejoint sur beaucoup la notre : http://avisdupublic.net/critique/film/action/critique-godzilla/

    Cela dit, bien vu le parallèle avec PRim

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s