Hippocrate

Écrit par Werner Dejaeghere

Avec Jacky Au Royaume Des Filles de Riad Sattouf on ce rêvait à voir la comédie française sous de meilleur jours car il laissait entrevoir un espoir que cette « comédie française » reprenne des couleurs avec un scénario original, de vrais bon gags et le tout ayant des thèmes intelligents. À croire que les réalisateurs ont vu le film, car depuis quelques temps on peut voir de vraies bonnes comédies où l’on s’amuse et où l’on réfléchit. Les Combattants de Thomas Cailley, Gemma Bovery de Anne Fontaine, Libre Et Assoupi de Benjamin Guedj font partis de ces comédies, mais aussi Hippocrate de Thomas Lilti comédie social aux accents de documentaire sur le milieu hospitalier. Cette nouvelle vague de comédie préfère montrer, s’ouvrir ou encore dénoncer des choses plutôt que de faire rire à tout prix, contrairement à Supercondriaque de Danny Boon ou Fiston de Pascal Bourdiaux qui n’était que de basique comédie destiné à faire rire le grand public avec des scénarios vu et revu et des gags lourdingue.

Synopsis :

Benjamin va devenir un grand médecin, il en est certain. Mais pour son premier stage d’interne dans le service de son père, rien ne se passe comme prévu. La pratique se révèle plus rude que la théorie. La responsabilité est écrasante, son père est aux abonnés absents et son co-interne, Abdel, est un médecin étranger plus expérimenté que lui. Benjamin va se confronter brutalement à ses limites, à ses peurs, celles de ses patients, des familles, des médecins, et du personnel. Son initiation commence.

(Source : AlloCiné)

Finis de parler de l’état de la comédie française, parlons donc de cet Hippocrate (on est un peu là pour ça faut dire). Le film est une plongée en plein coeur d’un centre hospitalier où l’on suit les aléas des internes, de la relation avec les patients, au quotidien des gardes de nuits, mais Thomas Lilti, dont c’est le premier film, est surtout là pour dénoncer tout les problèmes qu’on peut y trouver et il sait de quoi il parle étant donné que c’est un ancien médecin ce qui offre une réelle justesse au film. Avec un style quasi documentaire, on pourrait même dire que c’est un documentaire inavoué, mais ce serait être mauvaise langue Lilti nous dresse un portrait du milieu hospitalier, mais surtout du métier au travers de deux personnages principaux qui sont nos yeux et nos oreilles à partir de là Hippocrate c’est une fiction certes toute simple, mais tellement sincère qu’on suit tout ça avec intention.

Le scénario est en soit tout simple comme je le disais plus haut, mais outre le fait que Thomas Lilti ce sert de son film pour dénoncer les conditions de travail et autres problèmes hospitalier, Hippocrate est une comédie douce-amère qui sait toujours amusée et ce montrer imprévisible. Les personnages sont fantastiques, ils portent le film car on en peut se raccrocher qu’à eux dans ce système aussi malade que les patients qu’ils accueillent. Les dialogues sonnent toujours juste et sont d’un naturel sidérant. On ce plaît à suivre les conversations, les accrochages et les conseils.

Le casting est exceptionnel, chaque acteur est très naturel. Vincent Lacoste continue de nous enchanter de son talent de film en film, Reda Kateb s’impose encore une fois comme un des meilleurs acteur de sa génération, Marianne Denicourt est très bonne, Jacques Gamblin fait le minimum, mais il le fait à merveille, Félix Moati prouve encore son talent et nous prouve qu’il est le futur du cinéma français. On peut aussi parler des petits rôles de Philippe Rebbot et Carole Franck qu’ils campent à merveille.

La mise en scène immersive c’est ce mettre à bonne distance et trouve la bonne technique pour éviter de tomber dans une mécanique un peu lourde du film documentaire. Thomas Lilti à la bonne idée de démontrer qu’il veut réellement faire du cinéma. La photographie de Nicolas Gaurin est d’un naturel qui n’est pas pour déplaire, il y a un joli travail sur la lumière, rien d’exceptionnel certes mais c’est appréciable. Alexandre Lier, Nicolas Weil et Sylvain Ohrel signe une B.O. sublime et pourtant très simple, mais surtout discrète. Ils trouvent toujours le ton parfait.

Lilti avec ce premier film dépeint une réalité avec un réalisme incroyable comme le faisait Maïwenn avec Polisse qui lui aussi était à la limite du reportage pour mieux montrer. Le film est un mixage de genre assez inouï sans vraiment en être un, mais pourtant on est devant une comédie aux accents de documentaire mais aussi un feel-good movie amusant et surtout très humain. Le documentaire se mêle à la fiction avec Hippocrate, une comédie à la fois légère et grave, drôle et touchante, mais qui est surtout toujours juste.

Bien aidé par son casting qui porte tout de même pas mal le film, Thomas Lilti aura et ceux durant 1H42 su apporter un petit vent de fraîcheur sur la comédie française en y injectant une profondeur extraordinaire. Hippocrate est un modèle de premier film auquel on trouve des défauts, mais qui n’en paraisse même pas. Il sera dur de détester un tel film qui part son statut sera faire réagir, mais aussi divertir et c’est aussi là la force du cinéma, mettre en lumière les personnes, les lieux qu’on ne voit et qu’on entends pas. Hippocrate est un petit bijou de comédie tout en justesse où quand le rire vient désamorcer le drame pour mieux parler du quotidien. Imparable.

Hippocrate de Thomas Lilti : 3,5/5

(sortie le 03/09/2014)

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Septembre 2014

Un avis? Une critique? C'est ici, n'hésitez pas!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s