Category Archives: Février 2013

Les Misérables

Écrit par Werner Dejaeghere

Les Misérables est le film qui faisait du très grand bruit au États-Unis avant d’arriver chez nous presse dithyrambique, spectateur conquis et le tout salué par les Oscars où ils seront nommé dans huit catégories et repartiront avec trois statuettes. Alors pourquoi chez nous en Europe le film fit un tel bide financier et critique (la presse l’a descendu en flèche et rare sont les spectateurs à avoir apprécié) peut-être parce que Les Misérables fait partie du patrimoine (surtout en France forcément) que c’est adapté d’une pièce de Broadway et que c’est assez irritant, car il n’y a aucune scène de dialogues parlé tout y est chanté.

Synopsis:

Dans la France du 19e siècle, une histoire poignante de rêves brisés, d’amour malheureux, de passion, de sacrifice et de rédemption: l’affirmation intemporelle de la force inépuisable de l’âme humaine. 
Quand Jean Valjean promet à Fantine de sauver sa fille Cosette du destin tragique dont elle est elle-même victime, la vie du forçat et de la gamine va en être changée à tout jamais.

(Source: AlloCiné)

Tom Hooper nous sert un film taillé pour les américains mélo pleurnichard, performance à Oscar, grandiloquence des décors et émotions plein la gueule ils adorent ça pas nous. Son film est une vraie purge et si seulement il nous aurait divertis pourquoi pas, mais même pas c’est d’une lenteur et d’une platitude incroyable même dans la mise en scène Hooper ne bouge quasiment pas sa caméra, mais donne l’illusion d’être en perpétuelle mouvement grâce à ses personnages qui ne s’arrêtent jamais de bouger. Son film arrive avec pour seul attrait les voix enregistré en direct lors du tournage malheureusement il n’y a rien a sauver à part quelque scènes de foule.

Les Misérables : affiche

Le scénario est en soi pas si mauvais, mais il est totalement inexploité dépassé par l’émotion et écrasé par l’ensemble musical et puis ça manque de rythme. Les personnages sont manichéens, peu attachants et assez mal écrits. Les dialogues sont inexistants sauf si l’on se dit que chanter c’est parlé alors oui le film est très bavard et alors d’une bêtise et d’une niaiserie affligeante.

Les acteurs sont bons. Hugh Jackman est bon (c’est le seul qui convainct vraiment) sa prestation n’est pas exceptionnelle, mais il remporte quand même le Golden Globes du Meilleur acteur dans un film musical ou une comédie et fut nominé à l’Oscar du Meilleur acteur, Russell Crowe est parfait, car même si son talent de chanteur est mauvais il se sauve grâce à sa présence impressionnante, Anne Hathaway est toujours juste sa performance est bonne, mais elle ne méritait pas tant d’éloge c’est sans grande surprise qu’elle remporta l’Oscar, le Golden Globe et le BAFTA de la Meilleure actrice dans un second rôleAmanda Seyfried est à côté et confirme dans la foulée qu’elle est une des actrices les plus énervantes du moment, Helena Bonham Carter et Sacha Baron Cohen sont très mauvais, Eddie Redmayne et Aaron Tveit sont la bonne surprise du film Tveit en tête.

La mise en scène est d’une platitude extraordinaire et est d’une manque d’inventivité total s’en est même fou. La photographie de Danny Cohen est soignée, mais reste tout de même assez moche. Claude-Michel Schönberg signe une B.O. dans le film vraiment immonde, mais écoutée hors du film elle s’avère assez sympathique et efficace.

Les décors de Grant Armstrong sont somptueux et grandiose, ils auraient mérité un Oscar des Meilleurs décors (le seul acceptable), mais ils seront seulement nominé et remporteront le BAFTA des Meilleurs décors. Les maquillages et coiffures de Lisa Westcott sont inexistants ou carrément invisibles ce qui ne l’empêcha pas de remporter l’Oscar et le BAFTA des Meilleurs maquillages et coiffures. Les costumes de Paco Delgado sont d’une simplicité affolante pour ce genre de film il fut tout de même nominé à l’Oscar des Meilleurs costumes.

Les Misérables : Photo Aaron Tveit, Eddie Redmayne

Les Misérables est film empli de pathos souvent insupportable et énervant, mais une fois qu’on a compris que ça allait être nul du début à la fin on lâche prise et tout passe beaucoup on rigole même énormément souvent à cause du ridicule de certaines séquences. Le film est donc bel et bien mauvais, mais amusant et divertissant.

Tom Hooper ne semble avoir rien compris à ce que une comédie musicale, car il n’y a aucune chorégraphie, aucune histoire et surtout aucune idée. Hooper signe ce qui pourrait bien être l’un des pires films de l’année et de la décennie en cours ce qui ne l’empêcha pas de remporté le Golden Globe du Meilleur film musical ou comédie et d’être nominé à l’Oscar du Meilleur film. En attendant apprécions son côté nanar ridicule et franchement drôle…involontairement bien sûr.

Les Misérables de Tom Hooper: 1,5/5

(sortie le 13/02/2013)

Laisser un commentaire

Filed under Février 2013

Wadjda

Écrit par Werner Dejaeghere

Wadjda est le premier film réalisé par une femme et aussi le premier film à être officiellement saoudien, juste pour ces raisons il est déjà culte, mais outre ce fait c’est un très bon film qui casse un peu les codes du genre (film arabe qui dénonce la situation de leurs pays). On a rarement la situation d’un pays dépeinte avec autant de légèreté et de finesse.

Synopsis:

Wadjda, douze ans, habite dans une banlieue de Riyad, capitale de l’Arabie Saoudite. Bien qu’elle grandisse dans un milieu conservateur, c’est une fille pleine de vie qui porte jeans et baskets, écoute du rock et ne rêve que d’une chose : s’acheter le beau vélo vert qui lui permettra de faire la course avec son ami Abdallah. Mais au royaume wahhabite, les bicyclettes sont réservées aux hommes car elles constituent une menace pour la vertu des jeunes filles.
Wadjda se voit donc refuser par sa mère la somme nécessaire à cet achat. Déterminée à trouver l’argent par ses propres moyens, Wadjda décide alors de participer au concours de récitation coranique organisé par son école, avec pour la gagnante, la somme tant désirée.

(Source: AlloCiné)

Haifaa Al-Mansour signe un film tout en finesse et surtout très malin, car même le grand public peut apprécier cette histoire simple et accessible pourtant on est devant un film qui parle de la liberté de la femme, les droits en Arabie-Saoudite. C’est traité avec une légèreté déconcertante et surtout c’est maîtrisé. En plus d’être un film important, c’est film qu’on prend plaisir à découvrir.

Wadjda : Affiche

Le scénario est très bon on est devant une histoire toute simple, mais très bien tenu. Ça dénonce avec subtilité et une grande justesse c’est fin et très malin. Les personnages sont superbes. D’une grande profondeur on s’y attache très vite. Les dialogues sont intelligent et sonnent toujours très juste.

Les acteurs sont très bons. Waad Mohammed est parfaite, Reem Abdullah est magnifique, Abdullrahman Al Gohani est bon, Ahd est très bonne, Sultan Al Assaf est toujours juste.

La mise en scène est sobre, mais très efficace, elle est parfois très inventive. La photographie de Lutz Reitemeier est sublime avec des lumières très chaude c’est un régal. Max Richter signe une B.O. efficace et très jolie.

Wadjda : Photo Waad Mohammed

Wadjda est un film qui vient chercher son spectateur et l’implique dans son récit, on vit avec son personnage principal. Le film traite son sujet avec une grande justesse et une grande finesse c’est un réel plaisir, car en plus d’être un film déjà important dans l’histoire du cinéma, c’est un premier coup d’essai plus que réussi.

Haifaa Al-Mansour signe un premier long-métrage sans défaut sauf peut-être une fin un peu en dent de scie qu’on regarde avec un sourire non-dissimulé, car c’est léger et sympathique, on ce sent bien devant son film. On prend une petite claque, car elle signe sans doute le film le plus optimiste sur un pays qui va mal.

Wadjda c’est beau, sympathique, efficace, tenu, attachant, fin, léger, juste, accessible et surtout intelligent.

Wadjda de Haifaa Al-Mansour: 4/5

(sortie le 06/02/2013)

Laisser un commentaire

Filed under Février 2013

Vive La France

Écrit par Werner Dejaeghere

Vive La France est avant tout une déclaration d’amour à la France. Avant tout car on pourrait dire de la deuxième réalisation de Michaël Youn que c’est du sous-Sacha Baron Cohen, du copier coller de Borat, mais non Youn se plante, mais il le fait avec une identité bien à lui.

Synopsis:

Muzafar et Feruz sont deux gentils bergers du Taboulistan… tout petit pays d’Asie centrale dont personne ne soupçonne l’existence. Afin de faire connaître son pays sur la scène internationale, le fils du président tabouli décide de se lancer dans le terrorisme «publicitaire» et de confier à nos deux bergers, plus naïfs que méchants, la mission de leur vie : détruire la Tour Eiffel ! Pour atteindre leur objectif, ils devront traverser le milieu le plus hostile qui soit : la France ! Une France, bien loin de l’Occident qu’on leur avait décrit : entre les nationalistes corses, les policiers zélés, les taxis malhonnêtes, les supporters violents, les employés râleurs, les serveurs pas-aimables, les administrations kafkaïennes et les erreurs médicales… rien ne leur sera épargné. Ils rencontreront heureusement Marianne, jeune et jolie journaliste qui, pensant qu’ils sont deux sans-papiers, les aidera à traverser ces épreuves et leur fera découvrir un autre visage de la France… Celui d’une terre d’accueil, magnifique et généreuse, où il fait si bon vivre. Vive la France!

(Source: AlloCiné)

Vive La France est (on ne peut le nier) une comédie très sympathique, mais malheureusement on se demande souvent pourquoi on est là et on ne rit pas beaucoup voir pas du tout, mais Michaël Youn sait filmer et nous le montre bien, il insuffle à son film une poésie lourdingue assez amusante.

Vive la France : Affiche

Le scénario de départ est bon, mais ça part vite dans du grand n’importe quoi. On s’ennuie parfois il y a des longueurs, mais ça se laisse apprécier. Les personnages sont bien écrits, forcément clichés et surtout très attachants. Les dialogues sont étonnamment malins parfois très débiles même le plus souvent, mais ils visent toujours juste.

Les acteurs sont bons. José Garcia est mauvais, Michaël Youn est bon, Isabelle Funaro est magnifique, Ary Abittan est toujours juste. La mise en scène est bonne, les plans de paysage sont de toute beauté. La photographie de Stéphane Le Parc est sublime, c’est un régal pour les yeux. Freaks signent une B.O. assez jolie et très efficace. Les décors de Pierre Quefféléan sont très beaux.

Vive la France : Photo Isabelle Funaro, José Garcia, Michaël Youn

Vive La France n’arrive pas à faire rire le spectateur, mais a au moins le mérite de l’intéresser. On suit ce road-movie et on regarde jusqu’où tout ça va bien nous mener…au final pas très loin, mais on est content d’avoir fait le voyage.

Le film est mauvais, mais on en ressort en se disant que Michaël Youn a de l’avenir en tant que réalisateur. On apprécie le soin apporté aux éléments extérieur à la narration ce qui n’est pas toujours le cas sur une comédie.

Vive La France c’est raté, inventif, long, ennuyeux, amusant, maîtrisé, prenant et surtout sympathique.

Vive La France de Michaël Youn: 1,5/5

(sortie le 20/02/2013)

Laisser un commentaire

Filed under Février 2013

Möbius

Écrit par Werner Dejaeghere

Möbius est un film d’espionnage français qui avait tout pour plaire étant donné qu’il avait un casting plus qu’alléchant, mais qui s’essouffle très vite la faute à un ennui qui pointe très vite le bout de son nez. Le film est d’une lenteur insurmontable et d’une platitude extraordinaire, il ne se passe quasiment rien pendant 1H42!

Synopsis:

Grégory Lioubov, un officier des services secrets russes est envoyé à Monaco afin de surveiller les agissements d’un puissant homme d’affaires. Dans le cadre de cette mission, son équipe recrute Alice, une surdouée de la finance. Soupçonnant sa trahison, Grégory va rompre la règle d’or et entrer en contact avec Alice, son agent infiltré. Naît entre eux une passion impossible qui va inexorablement précipiter leur chute.

(Source: AlloCiné)

Éric Rochant nous offre un film un peu trop sérieux qui aurait mérité un peu plus d’action, car quitte à faire un film d’espionnage avec trois scènes d’actions dedans il fallait au moins instaurer une véritable ambiance oppressante et un suspens digne de ce nom, mais non Rochant se contente de scènes de sexe ridicule et d’un ensemble ennuyeux qui se laisse regarder.

Möbius : Affiche

Le scénario est bon même si on est parfois perdu. Dommage que ça soit si ennuyeux, ça aurait mérité un peu plus de rythme et de tenu. Les personnages sont peu épais en tout cas faussement épais, car ajouter deux-trois mystères à des personnages sans saveur cela ne fait pas d’eux qu’ils soit bien écrit. Les dialogues sont formidablement bien construit parfois un peu trop gnangnan (et oui!), mais ça reste efficace.

Les acteurs sont très bons. Jean Dujardin est parfait (il parle mieux le russe que l’anglais!), Cécile de France est bonne, Tim Roth est à côté, Émilie Dequenne est toujours juste, Alexeï Gorbounov est mauvais. La mise en scène est très bonne, elle est totalement maîtrisé (Rochant sait ce qu’il veut!) et pleine de bonne idée. La photographie de Pierre Novion est en fait assez laide trop surfaite pour être apprécier. Jonathan Morali est parfaite elle prend aux tripes, c’est un régal pour les oreilles.

Möbius : Photo Cécile de France, Jean Dujardin

Möbius c’est beaucoup de bruit pour rien, car il ne ce passe pas grand-chose et même rien. Le film installe un suspens pour des choses inutile et là où il y a possibilité de bonne scènes c’est plombé par une absence totale de tenu. On s’ennuie, mais on regarde.

Éric Rochant signe un film peu inspiré un poil trop classique, mais dans tout les cas son film est mauvais, car c’est mal construit, mal raconté et puis tout cet érotisme et cette ambiance mal contrôlé c’est franchement gênant!

Möbius c’est laid, classique, long, lent, prenant, plat, maîtrisé et surtout ennuyeux.

Möbius de Éric Rochant: 1,5/5

(sortie le 27/02/2013)

Laisser un commentaire

Filed under Février 2013

Hitchcock

Écrit par Werner Dejaeghere

Hitchcock est comme son titre l’indique un biopic sur le « maître du suspens », le grand Alfred Hitchcock et plus précisément sur le chaotique tournage de son film Psychose. Le film se concentre en fait uniquement sur le tournage et de ce fait ne nous apprend rien sur le réalisateur et n’installe quasiment aucun enjeu dramatique.

Synopsis:

Alfred Hitchcock, réalisateur reconnu et admiré, surnommé « le maître du suspense », est arrivé au sommet de sa carrière. A la recherche d’un nouveau projet risqué et différent, il s’intéresse à l’histoire d’un tueur en série. Mais tous, producteurs, censure, amis, tentent de le décourager. Habituée aux obsessions de son mari et à son goût immodéré pour les actrices blondes, Alma, sa fidèle collaboratrice et épouse, accepte de le soutenir au risque de tout perdre. Ensemble, ils mettent tout en œuvre pour achever le film le plus célèbre et le plus controversé du réalisateur: PSYCHOSE.

(Source: AlloCiné)

Sacha Gervasi nous offre une sorte de téléfilm qui se concentre plus sur les effets du tournage de Psychose sur l’entourage et les relations d’Alfred Hitchcock que sur la personne même. Gervasi choisi de traiter son sujet avec retenu et minimalisme sauf qu’il ennuie terriblement quand il commence à s’attaqué aux figures, heureusement on oublie vite qu’on a affaire à un biopic et aussi qu’on regarde Alfred Hitchcock, sa femme, Janet Leigh, Vera Miles, Anthony Perkins,… et on apprécie ce divertissement qui s’avère être très sympathique à défaut d’être efficace et juste.

Hitchcock : Affiche

Le scénario est mauvais, car on comprend pas trop où la narration veut nous mener ce qu’elle veut raconter, mais on suit tout ça sans déplaisir et cela nous intéresse même, on s’ennuie tout de même parfois. Les personnages sont un peu brouillon ils manquent d’épaisseur, mais on s’y attache très vite. Les dialogues sont souvent très fins et très drôles, ils sont aussi très malins.

Les acteurs sont bons. Anthony Hopkins est bon, Helen Mirren est parfaite, elle mérite amplement sa nomination au Golden Globe de la Meilleure actrice dans un film dramatique et au BAFTA de la Meilleure Actrice, Scarlett Johansson est magnifique, Toni Collette est très bonne, Jessica Biel est toujours juste, Danny Huston est à côté.

La mise en scène ne prend pas de risques, elle est classique et assez plate. La photographie de Jeff Cronenweth est assez belle et très efficace ce qui est naturel étant donner qu’il est le directeur photo de quelques films de David Fincher (Fight Club, The Social Network, Millenium: Les Hommes Qui N’Aimaient Pas Les Femmes). Danny Elfman signe une jolie B.O. inspiré et sympathique. Les maquillages de Peter Montagna sont formidables et furent tout logiquement nominé à l’Oscar des Meilleurs maquillages et coiffures et BAFTA des Meilleurs Maquillages.

Hitchcock : Photo Anthony Hopkins, Helen Mirren, Scarlett Johansson

Hitchcock ne nous apprendra rien du tout sur la personnalité d’Alfred Hitchcock, mais au final on s’en fout, car le film aurait été d’autant plus mauvais, car il ne va jamais dans la grandiloquence ni dans l’étude des personnages. On s’ennuie parfois, mais l’on finit par se prendre au jeu et apprécier le film ou plutôt le téléfilm.

Sacha Gervasi signe-là un film qui ne marquera pas les esprits, mais qui propose un divertissement malin et classique sur l’un des plus grands réalisateurs de l’histoire du cinéma (qui aurait mérité mieux). On suit cette petite comédie sur fond de Psychose avec un plaisir non-dissimulé.

Hitchcock c’est long, lent, efficace, simple, classique, plat, ennuyeux, beau et surtout sympathique.

Hitchcock : Affiche

Hitchcock de Sacha Gervasi: 2,5/5

(sortie le 06/02/2013)

Laisser un commentaire

Filed under Février 2013