Category Archives: Janvier 2016

45 Ans

Écrit par Werner Dejaeghere

Il y a de ses films qui savent qui ne resteront pas dans l’Histoire, mais qui existent pour ce qu’ils sont. 45 Ans est de ceux-là,  sans prétention aucune il se livre, se regarde et se déguste sans pour autant vouloir être plus. Andrew Haigh à qui l’on doit le méconnu Week-End livre un très joli film sur le couple, mais surtout sur le temps qui passe par le prisme de l’amour. 45 Ans se montre parfois très plat dû à une certaine distance par rapport à son sujet et ses personnages, aussi à cause d’une réalisation trop fixe qui rend le tout loin d’être ennuyeux, mais un peu froid. Qu’importe, à la fois plein de pudeur et sans fard, Haigh explore le couple dans un portrait d’une grande justesse et d’une élégance rare.

Synopsis :

Kate et Geoff Mercer sont sur le point d’organiser une grande fête pour leur 45e anniversaire de mariage. Pendant ces préparatifs, Geoff reçoit une nouvelle : le corps de Katya, son premier grand amour, disparu 50 ans auparavant dans les glaces des Alpes, vient d’être retrouvé. Cette nouvelle va alors bouleverser le couple et modifier doucement le regard que Kate porte sur son mari…

(Source : AlloCiné)

Le film est emmené par un casting absolument prodigieux, deux interprètes qui portent le projet sur leurs épaules avec un talent monstre. Charlotte Rampling (Portier De Nuit, Sous Le Sable, ) et Tom Courtenay (La Nuit Des Généraux, Quartet, ) tous deux récompensés d’un Ours d’Argent pour leurs interprétations. Jouant de leurs images, assumant leurs vieillesses, ils composent leurs personnages avec une force tranquille magnifique. C’est simple, ils brillent de mille feux. Andrew Haigh les observe souffrir, s’aimer, vivre avec un naturel désarmant dans une chronique qui parle plus avec l’image que les mots, des silences qui veulent tout dire, des expressions qu’il capte, il montre tout, mais toujours avec pudeur. 45 Ans même dans son final où un personnage déclame son amour dans un discours, il n’a que faire des mots, ici on préfère regarder les personnages avant de les écouter.

45 Ans n’est bien entendu pas un grand film. Il y a des défauts que ça soit dans le rythme ou la réalisation, mais rien d’honteux loin de là. Tout passe par l’image, il est donc normal que par moments on puisse ressentir des longueurs (qui n’en sont pas vraiment). Andrew Haigh préfère observer et il a raison, car ici tout sonne juste. Il y a dans cette chronique de vie de gens simple qui se rappelle leur vie au travers de souvenir, une espèce de vérité universelle qui le rend attachant. 45 Ans c’est un beau sur l’amour, mais le fait de prendre un vieux couple permet de le voir se muer en œuvre sur le temps qui passe, ce mélange de joie et d’amertume, de ce qui fait la vie en somme se révèle touchant.

A. Haigh ne livre rien d’extraordinaire en termes de cinéma, mais son film tout à fait honorable à quelque chose de grand dans sa manière de regarder son sujet en face. 45 Ans est un petit film qui fait du bien, certes il n’a rien de révolutionnaire, mais voir ces deux acteurs fantastiques parler de ce qui fait l’amour et la vie avec un naturel sidérant à quelque chose de fort.

45 Ans (45 Years) de Andrew Haigh : 3/5

(sortie le 27/01/2016)

Advertisements

Laisser un commentaire

Filed under Janvier 2016