Category Archives: Novembre 2015

Crazy Amy

Écrit par Werner Dejaeghere

Crazy Amy (Trainwreck en V.O.), 5ème film du pape de la comédie trash US, Judd Apatow qui après avoir produit bon nombre de film devenu culte (Présentateur Vedette : La Légende De Ron Burgundy, SuperGrave, Délire Express, ), scénariste de ses propres films et sur d’autres qu’il a aussi produit (Walk Hard – The Dewey Cox Story, ) mais surtout réalisateur désormais tout aussi culte que ses productions (40 Ans, Toujours Puceau, En Cloque, Mode D’Emploi, …). En bref un génie de la comédie aussi juste que hilarante. Cette fois-ci il n’est « que » le réalisateur, le scénario étant écrit par l’actrice principale du film, Amy Schumer. Autant le dire tout de suite, ça ce ressent tout du long. Crazy Amy n’est pas mauvais loin de là, mais c’est un peu différent de ce que Apatow a pu faire avant. Le point de vue chez le réalisateur a toujours été masculin, il est ici féminin, en plus d’être très drôle, l’humour a toujours était teinté d’une certaine mélancolie presque de tristesse, ici c’est soit la scène va dans la comédie ou l’émotion, jamais ce n’est mélangé. On a vite fait de remarquer que Judd Apatow n’est pas scénariste, mais pourtant ça reste fondamentalement la même chose, du schéma narratif à l’humour ça reste sensiblement identique.

Synopsis :

Depuis sa plus tendre enfance, le père d’Amy n’a eu de cesse de lui répéter qu’il n’est pas réaliste d’être monogame. Devenue journaliste, Amy vit selon ce crédo – appréciant sa vie de jeune femme libre et désinhibée loin des relations amoureuses, qu’elle considère étouffantes et ennuyeuses ; mais en réalité, elle s’est un peu enlisée dans la routine. Quand elle se retrouve à craquer pour le sujet de son nouvel article, un brillant et charmant médecin du sport nommé Aaron Conners, Amy commence à se demander si les autres adultes, y compris ce type qui semble vraiment l’apprécier, n’auraient pas quelque chose à lui apprendre.

(Source : AlloCiné)

Le fait que ça soit Amy Schumer à l’écriture donne au film un ton profondément moderne. Dans un Cinéma qui donne trop peu de place aux actrices et forcément aux femmes, Crazy Amy est un vent de fraîcheur qui rappelle « Mes Meilleures Amies » de Paul Feig dans cette manière de mettre en scène des femmes modernes, une vision actuelle où on montre que oui elles ont des coups d’un soir, boivent et font des trucs sales. Ça donne lieu à une agréable inversion des rôles, chose assez rare dans la comédie romantique. J. Apatow et A. Schumer s’en donnent à  joie pour démolir l’image de la romcom traditionnelle où les bons sentiments coulent à flots. Même si malgré tout sur sa fin le film se range dans le classique et l’attendue, une fin inhérente à la comédie romantique et ses happy end, mais inhérent aussi au cinéma de Judd Apatow qui responsabilise toujours ses personnages à la fin de ses films.

Le scénario est d’une grande efficacité, ça s’étire parfois trop, mais l’humour fait toujours mouche grâce à une relance de gag constante et le tout s’avère assez accrocheur pour ne pas ennuyer. L’ensemble est saupoudré de dialogues finement amenés et toujours très drôles tout en étant gorgés de culture pop. La réalisation  est encore une fois chez Judd Apatow particulièrement soignée, certes rien d’éclatant, mais c’est tout à fait correct.

Le film doit aussi beaucoup a son casting. D’une Amy Schumer (Jusqu’à Ce Que La Fin Du Monde Nous Sépare, Inside Amy Schumer, ) qui emporte vite l’adhésion à un Bill Hader (Adventureland : Un Job D’Été À Éviter, Paul, ) au réaction savoureuse. Rien que le duo principal enchante. Du côté des rôles secondaires on y trouve Brie Larson (21 Jump Street, States Of Grace, ) tout en justesse, Tilda Swinton (Burn After Reading, Only Lovers Left Alive, …) méconnaissable et absolument géniale, Colin Quinn (Une Nuit Au Roxbury, Copains Pour Toujours, ) avec un jeu simple et efficace, mais surtout le basketteur LeBron James qui s’en sort étonnamment bien au même titre que le catcheur John Cena (The Marine, 12 Rounds, ) qui dévoile un talent comique insoupçonné. Il y a aussi beaucoup de caméo ou courte apparition extrêmement amusant.

Comédie romantique très sympathique, d’une redoutable efficacité, d’une évidente simplicité. Le film pourrait presque paraître anecdotique si il n’avait pas ce ton moderne qui le rends au final presque nouveau, l’inversion du rôle homme/femme qui leurs rends justice et les mets à l’égal de l’Homme fait de Crazy Amy une date dans le cinéma comique. Judd Apatow  livre un film profondément féministe qui séduit par sa simplicité, son cast. tout en charme et surtout son humour ravageur. Il n’y a ici rien de grandiose, mais Crazy Amy a au moins le mérite de tenter des choses et mieux encore il le fait avec beaucoup de réussite.

Crazy Amy de Judd Apatow : 3,5/5

(sortie le 18/11/2015)

Laisser un commentaire

Filed under Novembre 2015, Uncategorized